Auguste Dubois

DUBOIS (Auguste), né à Monchy-Lagache (Somme) le 23 juin 1866. Professeur agrégé à la Faculté de droit de Poitiers. Licencié ès lettres en 1886. Reçu docteur de la Faculté de droit de Lille en 1893 et chargé de cours à la même Faculté en 1896-99 ; à la Faculté de Poitiers en 1899-1903 ; agrégé de la dite Faculté en 1903.Son enseignement a porté dès le début sur l’économie politique (doctorat) et l’histoire desdoctrines économiques ; depuis sa nomination à Poitiers, il porte en outre sur la législation et l’économie rurales. M. Dubois a publié plusieurs articles dans la Revue critique de législation et de jurisprudence et dans la Revue d’économie politique. Il est aussi l’auteur d’un précis de l’Histoire des doctrines économiques en cours de publication, dont le tome Ier: L’époque antérieure aux physiocrates, a paru en 1903.

Vienne. Dictionnaire biographique et album, Flammarion, 1907 (?)

Maison d'Auguste Dubois à Poitiers

Maison d’Auguste Dubois à Poitiers

DUBOIS (Auguste), né à Monchy-Lagache (Somme), le 23 juin 1866, licencié ès lettres, chargé du cours à la Faculté de Lille (1896); chargé de cours d’économie politique à la Faculté de Poitiers (1899); agrégé (1903); professeur d’histoire des doctrines économiques et économie politique (1908); Correspondant de l’Institut (1920); Chevalier de la L.H. (1931).  (Publications : ….).

Histoire de l’Université de Poitiers, Passé et Présent (1432-1932) sous la Direction de M. le Doyen Boissonnade. Poitiers, Imprimerie Moderne, 1932, p.406.

A full list of his works is available in the entry for Auguste Dubois through the French national database SUDOC and the Idref application or on the Virtual International Authority File database.

His full name at birth : Dubois, Émile Marie Fél

00018 NÉCROLOGIE

AUGUSTE DUBOIS  1866 – 1935

AUGUSTE DESCHAMPS  1863 – 1935

 En quelques semaines, notre Revue s’est trouvée deux fois frappée par le deuil. Ses deux fondateurs sont morts, presque au même âge et tous deux à la fin de leur carrière: Auguste Dubois, le 5 septembre, à Audenarde; Auguste Deschamps, le 27 octobre, à Henrichement, son pays natal.

Nous voulons ici, en quelques lignes, rappeler ce que fut la vie de ces deux maîtres de l’histoire et de la science économiques, et renouveler à leur famille l’expression de nos condoléances et l’hommage du profond regret que nous laisse le souvenir des disparus.

* * *

Auguste Dubois était né à Monchy-Lagache (Somme), le 23 juin 1866 ; il fut d’abord chargé de cours à la Faculté de droit de Lille, en 1_96, puis fut nommé, en 1899, à Poitiers qu’il ne devait plus quitter.

Dès le début de sa carrière, Dubois s’était tourné vers l’histoire des doctrines, et, en 1903, il publiait le premier tome de son Précis de l’histoire des doctrines dans leurs rapports avec les faits et les institutions. La qualité exceptionnelle de cet ouvrage doit faire déplorer que l’auteur n’ait pu lui donner la suite que ses lecteurs attendaient. Mais il demeure comme un exemple de méthode scientifique et de critique économique.

Auguste Dubois ne devait pas cesser, cependant de contribuer au progrès de l’histoire économique. Par son enseignement ininterrompu de trente-cinq années, d’abord, et par la fondation, conjointement avec Auguste Dschamps, de cette revue et de la Collection des économistes et réformateurs français, qui, commencé il y vingt-cinq ans, a procuré de remarquables éditions de nos anciens auteurs.

Bien qu’il eût, depuis longtemps, abandonné la direction effective de notre revue, Auguste Dubois ne cessait de s’y intéresser, de lui recruter des collaborateurs nouveaux ou de suggérer des problèmes susceptibles d’y être examinés.

Sa perte a mis dans le deuil l’Université française et l’Académie des Sciences morales et politiques, dont il était membre correspondant depuis 1920. Au nom de la R.H.E.S., nous saluons respectueusement sa mémoire.

* * *

Quand Auguste Deschamps fut, par l’effet des décrets-lois d’économie (1934), prématurément mis à la retraite, il était le plus ancien des professeurs de la Faculté de droit de Paris, où il enseignait depuis 1896, venant de Lille, où il avait été envoyé au lendemain du concours d’agrégation, en 1890.

Tous ceux qui, en tant qu’élèves ou que collègues, ont connu Deschamps dans ses fonctions de professeur, qu’il aimait tant, garderont de lui un souvenir inaltérable et charmé. Pour ma part, je n’oublierai pas l’accueil si affable que je reçus de lui, voilà déjà près de trente ans, quand j’allais de prier d’accepter la présidence de ma thèse. Nos relations ne devaient plus s’interrompre, depuis lors. Elles devaient devenir plus étroites encore par la collaboration qu’il me permit d’apporter, dès 1909, à cette revue, dont, dix ans plus tard, il voulut bien me confier le secrétariat, et par nos rencontres presque quotidiennes à la Faculté. Le souvenir que j’en conserve restera l’un des plus chers de ma vie universitaire.

Auguste Deschamps était né à Henrichement, le 21 janvier 1863. Sa vocation pédagogique se manifesta de bonne heure ; reçu à l’agrégation, en 1890, dès son premier concours, il passe aisément du droit pur à l’économie politique, et après un rapide séjour à Lille, est nommé à Paris où, de1912 à 1923, il mène de front l’enseignement de l’histoire des doctrines à la Faculté de droit et celui de l’économie politique au Conservatoire des Arts et Métiers.

La guerre devait le frapper cruellement : son fils, jeune aspirant d’infanterie, fut tué dès 1915. D’autres deuils, se succédant avec une impitoyable rigueur, allaient détruire entièrement ce foyer familial que Deschamps chérissait et le laisser seul pour le reste de sa vie. Il supporta stoïquement, mais sans jamais s’en consoler, – ceux qui l’ont approché et qui étaient ses amis peuvent l’attester, – ces malheurs répétés. L’enseignement, les travaux universitaires, ceux de l’Institut, où il était entré en 1919, furent son refuge : il s’y donna entièrement, remaniant, parachevant, perfectionnant sans cesse son cours, et ne publiant guère, tant il était assailli de scrupules. Pour obtenir de lui qu’il donnât à cette revue quelques articles, j’ai dû témoigner d’une insistance inaccoutumée ; avant de me confier ses manuscrits, il les remaniait et les corrigeait dix fois ; il eût fait sublir le même sort à ses épreuves si je ne lui avais, respectueusement, adressé, chaque fois, un ultimatum que sa bienveillance accueillait toujours amicalement.

L’enseignement et les recherches touchant l’histoire des faits et des doctrines économiques et sociales doivent beaucoup à Auguste Deschamps. Il a révélé à des générations nombreuses d’étudiants l’intérêt des problèmes économiques, il leur a découvert la richesse particulière de notre littérature ancienne en cette matière, il a inspiré quantité de thèses et de travaux qui enrichissent aujourd’hui la discipline dont il fut l’un des maîtres.

Le Comité de notre revue s’incline avec une affection et un respect attristés devant la mémoire d’Auguste Deschamps, qui fut un maître, un collègue et un ami incomparables.

Aux parents de nos deux fondateurs, si brusquement enlevés à l’affection de leur famille et de leurs amis, nous adressons nos plus sincères condoléances.

Roger Picard.

 

HENRI SEE

1864-1936

Au moment où nous mettions ce numéro sous presse, un nouveau deuil venait nous affliger. Henri Sée, depuis vingt ans l’un des plus fidèles collaborateurs de la R.H.E.S., disparaissait, après une vie entièrement consacrée à la science. Nous ne saurions, ici, faire la biographie de Henri Sée, ni analyser son œuvre si abondante et si substantielle. Qu’il nous suffise de renvoyer à la notice très complète que vient de lui consacrer son ami, M.-A. Rebillon, notre collègue de l’Université de Rennes. Mais nous voulons dire tout le chagrin que nous a causé la mort d’un savant si éminent et d’un homme si excellent. Le présent numéro contient l’un des derniers articles qu’ait écrit Henri Sée et dont il a pu encore corriger les épreuves.

Que la famille de notre collaborateur et ami veuille bien agréer l’assurance de la part que nous prenons à son deuil.

R.P.

Revue d’histoire économique & sociale, 22e an., 1934-35, p. 145-146.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *