Revue d’histoire économique et sociale

La Revue d’histoire des doctrines économiques et sociales, qui devint en 1913, la Revue d’histoire économique et sociale (accessibles toutes les deux sur le site Gallica de la BNF) fut fondée par Auguste Dubois (1866-1935), titulaire de la chaire des doctrines économiques et sociales à l’Université de Poitiers en 1908,  et Auguste Deschamps (1863-1935), titulaire de la chaire d’histoire des doctrines économiques (1902) à la Faculté de droit de Paris, et, de 1897-1900, professeur de législation commerciale, maritime et industrielle à l’École des Hautes Études commerciales (Paris), élu le 13 décembre 1919, dans la section Économie politique, Statistique et Finances, de l’Académie des sciences morales et politiques.

 

Ci-dessus les programmes publiés dans le numéro 1 de chacun des deux revues.

Revue d’histoire des doctrines économiques et sociales 1908

                PROGRAMME de la Revue d’Histoire des Doctrines Économiques et Sociales.

L’histoire joue une rôle sans cesse grandissant, elle est devenue une discipline indispensable dans les sciences sociales.

                L’évolution des faits et l’évolution des idées constituent le double objet de ses recherches. On ne saurait sans doute établir une séparation complète entre l’une et l’autre: mais la nécessité d’une division du travail poussée toujours plus loin à mesure que la science progresse, oblige l’historien à consacrer à l’une d’elles ses efforts à peu près exclusifs, à se consacrer à l’une d’elles ses efforts à peu près exclusifs, à se cantonner sur l’un des deux domaines, en se servant de la connaissance de l’autre comme d’une science auxiliaire. L’histoire de la pensée humaine distinguée mais non isolée absolument des l’histoire des institutions et des faits, forme ainsi l’une des grandes branches de l’histoire de l’évolution sociale.

On ne nous en voudra pas d’affirmer que, dans cette branche, l’histoire des doctrines économiques et sociales constitue la ramification la moins développée, biens moins avancée que l’histoire du droit, que l’histoire de la philosophie, que l’histoire de la littérature, que l’histoire de l’art. Elle est, en France, qui pourtant vit naître la science économique avec les Physiocrates et qui, au XVIIIe siècle, fut si féconde en économistes et

en réformateurs sociaux, moins avancée qu’en Italie et en Allemagne.

Depuis quelques années cependant, bon nombre d’ouvriers se sont mis à défricher ce champ immense; monographies et ouvrages d’un caractère plus général commencent à s’accumuler. L’histoire des doctrines économiques qui dans les Facultés de Droit françaises fait l’objet d’un Cours spécial, y a suscité un certain nombre de Thèses du Doctorat politique et économique dont quelques-unes sont tout-à-fait remarquables: elle paraît aussi attirer de plus en plus les candidats au Doctorat ès-lettres et là aussi nous pourrions citer plusieurs travaux de haute valeur.

Mais il reste encore une énorme étendue de terres vierges à fouiller, qui réservent bien des surprises aux pionniers. Il est peu d’oeuvres scientifiques aussi utiles et aussi passionnantes à entreprendre que celle-ci: si elle se développe avec lenteur, c’est sans doute qu’elle se heurte à des obstacles qu’il serait urgent d’aplanir. Il n’existe jusqu’à présent aucun organe spécial pour stimuler, faciliter et grouper les efforts. Il est, en outre, difficile et coûteux de réunir les sources; certaines, devenues très rares, devraient être réimprimées, les unes en entier, les autres par extraits; d’autres encore inédites, devraient être publiées; ces dernières nous révèleraient chez certains penseurs, auteurs de Mémoires, donneurs d’Avis, passionnés souvent par le bien public et désintéressés, des états d’esprit, des nuances et des audaces de pensée que nous ne soupçonnons pas, qui nous étonneraient et qui nous expliqueraient bien des choise; qui nous expliqueraient la genèse de théories, même de transformations sociales, résultats du labeur souterrain

 

d’obscurs écrivains que la gloire n’a pas récompensés, qui même parfois ont travaillé pour la gloire d’autres doués de plus de talent mais non de plus d’originalité d’esprit.

Ce sont ces considérations qui nous ont amenés à créer la Revue d’Histoire des Doctrines Économiques et Sociales. Articles originaux, réimpression de textes et notamment de passages extraits d’oeuvres qui, pour des raisons diverses, ne peuvent être intégralement reproduites en volumes indépendants (1) ; publication de manuscrits inédits d’auteurs appartenant à l’histoire; bibliographie et comptes-rendus bibliographiques de travaux rentrant dans le cadre de cette Revue, voilà approximativement quel sera le contenu de ce nouveau périodique.

Il accueillera les articles relatifs à l’histoire de tout ce qui est science économique, théorie de la politique économique, doctrine d’art économico-social, et même ceux, pourvu qu’ils aient un caractère nettement historique, décrivant ou exposant, en tant qu’elles révèlent ou commandent une certaine opinion économique, des institutions économiques, politiques ou juridiques, ou des théories de morale religieuse ou de morale indépendante.

Il publiera dans leur langue originale les articles et les textes écrits en français, en anglais, en allemand et en italien.

Une importance considérable sera attribuée à la Bibliographie, qui comprendra

 

des analyses critiques et des comptes-rendus des livres reçus.

 

A. DESCHAMPS,

Professeur à la Faculté de Droit de

l’Université de Paris

A. DUBOIS

Professeur à la Faculté de Droit de

l’Université de Poitiers

 

(1) Nous poursuivons également l’étude d’un projet de Corpus des

 

économistes et réformateurs sociaux du XVIIIe siècle, que nous espérons mener à bonne fin.

 

 

 


Revue d’histoire économique et sociale, 1913, page 1. (ancienne Revue d’histoire des doctrines économiques et sociales )

 

Publiée sous la direction de A. DESCHAMPS, Professeur à la Faculté de Droit de l’Université de Paris, A. DUBOIS, Professeur à la Faculté de Droit de l’Université de Poitiers, E. DEPITRE, Professeur adjoint à la Faculté de Droit de l’Université de Lille,  A/ SCHATZ, Professeur à la Faculté de Droit de l’Université de Lille.

Au début de sa sixième année d’existence, la Revue d’histoire des doctrines économiques et sociales modifie légèrement son état civil, et devient la Revue d’histoire économique et sociale. Voici brièvement résumées les quelques considérations qui ont paru nécessiter ce changement de titre.

On ne saurait, disions-nous en 1908, établir de séparation complète entre l’histoire des idées et l’histoire des faits. Tous ceux qui ont bien voulu nous suivre depuis cette date ont pu voir comment, loin de chercher à marquer une séparation entre les deux ordres de recherches, nous avons toujours tendu à unir l’histoire de la pensée économique à celles des institutions et des faits. Non seulement la plupart de nos articles d’histoire des doctrines proprement dite se réclament d’une méthode historique rigoureuse et considèrent les théories étudiées dans leurs rapports avec les faits contemporains, mais encore, à côté de documents inédits – pièces d’archives, enquêtes, rapports d’intendants ou d’inspecteurs – nous avons publié de nombreux articles qui, décrivant uniquement des faits ou des institutions, ressortissent à ce qu’on est convenu d’appeler l’histoire économique.

C’est d’abord pour affirmer cette union étroite de la double recherche parallèlement poursuivie, qui nous avons cru devoir donner à cette Revue un titre plus synthétique.

Revue d’histoire des doctrines économiques et sociales…? Lecteurs – et même auteurs – pouvaient hésiter: l’expérience l’a prouvé. Ne comprenait-on sous cette dénomination que recherches purement doctrinales, exégèses peut-être subtiles? Verrait-on accepter des études d’histoire des faits?… Revue d’histoire économique et sociale, l’hésitation n’est plus possible, et le titre comprend à la fois les faits et les doctrines, puisque aussi bien – et quoi qu’on ait pu dire – une idée, une théorie, née, attaquée, défendue, propagée sous l’empire de certaines conditions particulières, ayant pu réagir à son tour sur les institutions, n’est elle-même pas autre chose qu’un fait.

Aussi, nous n’abandonnons rien de notre ancien programme. Articles originaux d’histoire des doctrines économiques et sociales, réimpressions de textes, et notamment de passages extraits d’oeuvres qui, pour des raisons diverses, ne peuvent être intégralement reproduites en volumes indépendants, publications de manuscrits inédits d’auteurs appartenant à l’histoire économique rentrent toujours dans le cadre de cette revue.

En même temps, nous affirmons notre intention de faire une place très large et mieux avouée aux recherches documentaires, à l’étude historique des faits. Le champ est immense: l’histoire de l’agriculture, de l’industrie, du commerce, du crédit public, des institutions sociales occupe toute une armée de chercheurs qui explorent minutieusement les archives publiques et privées. Mais nous pouvons ici encore répéter ce que nous disions il y a six ans: il n’existe jusqu’à présent aucune publication spéciale qui facilite et groupe les efforts. La Revue d’histoire économique et sociale essaiera de remplir ce rôle. Par cette union des études de doctrines et de faits, par des indications de sources, des publications de documents importants, des bibliographies rétrospectives méthodiques, une bibliographie régulière (1), elle s’efforcera d’être un bon instrument de travail, en même temps qu’au public curieux de ces recherches particulières elle offrira des articles originaux.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        La Direction.

 

2 réflexions au sujet de « Revue d’histoire économique et sociale »

  1. Ping : Autour de… la deuxième édition d’un ouvrage de Georges Sorel, Les illusions du progrès, publié par Marcel Rivière | Biblioweb

  2. Ping : 2e journée d’étude Fonds Dubois | Susan Finding

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *