Archives de catégorie : Billets

Poitiers University Library rare books collections new additions

According to the Rare books department curator, the Special collections at Poitiers University Library make it the fourth largest university holding of rare books and incunabula in France outside Paris, with over 40,000 volumes.

Click for press article in French

Its strengths are the d’Argenson papers, the Dubois collection, and a fine collection of French literary and historical sources.

Click for press article in French on the d’Argenson papers : https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/les-ormes/la-branche-d-argenson-a-l-etude

The Library has recently received further donations from the Diocese of Poitiers adding to its wealth of historical volumes. 

Click for press article in French: https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/poitiers-le-president-de-l-universite-remercie-mgr-wintzer-pour-son-don-des-collections-d-imprimes-anciens

 

Le Fonds Dubois & les humanités numériques: l’exposition virtuelle

Le Fonds Dubois & les humanités numériques: l’exposition virtuelle

Qui était Auguste Dubois? Licencié ès lettres en 1886, reçu docteur de la faculté de droit de Lille en 1893, il fut d’abord chargé de cours à la faculté de droit de Lille, avant de devenir professeur agrégé à la faculté de droit de Poitiers. Son enseignement a porté dès le début sur l’économie politique (doctorat) et l’histoire des doctrines économiques. En 1903, il publiait le premier tome de son Précis de l’histoire des doctrines dans leurs rapports avec les faits et les institutions, un ouvrage qui reste un exemple de méthode scientifique et de critique économique. Découvrez le parcours de cet intellectuel et son rôle dans l’histoire des idées, de l’histoire économique et sociale des XVIIe-XVIIIe s. en France et au Royaume-Uni à travers la présentation de Susan Finding (MIMMOC EA 3812), Elodie Peyrol-Kleiber (MIMMOC, EA 3812) et Anne-Sophie Traineau Durozoy (Conservatrice, SCD, UPoitiers).

Le projet en vidéo.

Pour en savoir plus: https://dubois.hypotheses.org/

8th Biannual conference of the European Early American Studies Association, Poitiers (France), Dec. 8-10, 2021

 

Colonisations, revolutions, and reinventions in early America and the Atlantic World, 1600-1848

Poitiers (France), December 8-10, 2021

The 8th Biannual conference of the European Early American Studies Association (EEASA) was initially scheduled to take place at the University of Poitiers, France, December 9-12, 2020. Because of the current sanitary situation and in order to provide the best conditions for both our participants and public, we have decided to postpone the 8th Biannual conference of the European Early American Studies Association to December 8-10, 2021.

The conference will focus on the related themes of “Colonisations, revolutions, and reinventions in early America and the Atlantic World 1492-1848.”

Keynote speakers:

  • Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris
  • Adam Rothman, Georgetown University

The full programme of the conference will be available soon.

Conference venue:
MSHS, Université de Poitiers, 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers, France.

Organisation Committee:
Elodie Peyrol-Kleiber (Poitiers)
Anne-Claire Faucquez (Paris-8)
Hélène Roy (Poitiers)
André Magord (Poitiers)
Christèle Le Bihan (Poitiers)
Pierre Gervais (Paris-3)
Philippe Cauvet (Poitiers)

Scientific Committee:
Emma Hart (St Andrews)
Marie-Jeanne Rossignol (Paris-Diderot)
Allan Potofsky (Paris-Diderot)
Bertrand Van Ruymbeke (Paris-8)
Elisabeth Heijmans (Leiden)
Joanne van der Woude (Groningen)
Andrea Kökény (Szeged)

Collectionneurs de livres rares d’histoire économique, contemporains d’Auguste Dubois et leurs collections

A la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle la vente de bibliothèques privées anciennes réunies par des gentilshommes britanniques a permis aux collectionneurs connaisseurs, érudits ou amateurs, d’acquérir des oeuvres rares d’histoire économique auprès des libraires spécialisés dans le marché du livre ancien ayant pignon sur rue à Londres.

Les recherches menées autour des livres rares d’histoire économique de langue anglaise dans le Fonds Dubois ont mis à jour un réseau restreint de cinq collectionneurs de raretés dans ce domaine à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle : Auguste Dubois, Herbert Somerton Foxwell, E.R.A. Seligman, Henry Raup Wagner et Leon Kashnor.

Le corpus collectif réuni par ces cinq collectionneurs éminents actifs pendant la période 1880 à 1930 constitue les plus grandes collections d’oeuvres dans le domaine de l’histoire des débuts de la science économique en dehors des bibliothèques de dépot légal ou des bibliothèques nationales telles que la British Library et la National Library of Australia. 

Ces cinq collectionneurs comprennent un Français, deux Anglais et deux Américains. Trois d’entre eux furent professeurs d’économie :  Auguste Dubois (1866-1935) à l’Université de Poitiers ; Edwin Seligman (1861-1939) à l’Université de Columbia (New York)  ; et Henry S. Foxwell (1849-1936) à l’Université de Cambridge, puis professeur à l’Université de Londres. Ces trois hommes ont tous contribué à l’émergence de leur discipline, fondé des associations et des périodiques pour promouvoir l’étude de l’économie, et, réuni et préservé ce corpus ancien, à l’époque mal estimé.

Auguste Dubois enseigna à la Faculté de Droit de l’Université de Poitiers à partir de 1899 puis obtint la chaire des doctrines économiques en 1908. Dubois fut l’un des co-fondateurs de la  Revue d’histoire des doctrines économiques et sociales (1908-1912) devenue la Revue d’histoire économique et sociale (1913-1977). Il légua à l’Université sa collection d’économie politique de 6.000 ouvrages principalement en langue française publiés entre la fin du XVIIe siècle et le milieu du XIXe siècle, contenant des pamphlets et ouvrages rares. Parmi ses ouvrages se trouvent neuf cents titres en anglais datant de 1560 à 1840.

Herbert S. Foxwell (1849-1936), Fellow au St. John’s College, Cambridge de 1874 à 1889 et de 1905 à 1936, professeur de sciences économiques à l’Université de Londres à partir de 1907, était l’un des membres fondateurs de la Royal Economic Society et oeuvra pour la publication Economic Journal (1891). (Coats; Arthmar & McClure; Groenewengen) Bibliophile, il établit des notices des ouvrages de sa collection qui fournissent les bases des catalogues d’ouvrages historiques d’économie politiques des universités de Londres et de Harvard. (Canney & Knott; Goldsmiths’ Library; Kress Library)  J.M.Keynes estimait que les collections que Foxwell a cédé à Harvard ‘“était l’une des trois bibliothèques majeurs d’ouvrages économiques dans le monde, tout comme la collection qu’il a vendu à la Goldsmiths’ Library, et la collection Seligman à l’Université de Columbia.’ (Keynes, 1936)  Au total, Foxwell avait réuni au moins 60.000 livres et pamphlets d’avant 1850. Ils constituent la Goldsmiths’-Kress Library of Economic Literature,  reproduites sur microfilm dans les années 1970, et maintenant disponible dans un format compatible avec les outils de recherche numérique dans la série Making of the Modern World. (McCusker, 2011)

E. R. A. Seligman, professeur à Columbia de 1891 à 1931, dirigea la Political Science Quarterly et fut membre fondateur de la American Economic Association. L’Université de Columbia est aujourd’hui dépositaire de la collection de 50.000 ouvrages de Seligman et des ses archives. Les deux professeurs anglophones, H. S. Foxwell et E. R. A. Seligman se connaissaient et échangeaient des informations bibliographiques tout au long de leur activité, ayant la même passion et le même objectif : la constitution d’une bibliothèque de référence pour leur discipline. 

Henry R. Wagner (1862-1957), ingénieur des mines, qui participait à la fixation du cours de l’argent à Londres au tout début du XXe siècle, collectionnait des ouvrages anciens sur l’histoire de la monnaie, des banques, et  du commerce. Il est l’auteur d’une bibliographie Irish economics, 1700-1783; a bibliography with notes, London, J. Davy & Sons, 1907. La bibliothèque Beinecke à l’Université de Yale détient la collection de six mille livres rares donnés à son ancienne université par Wagner. Il travaillait sur une bibliographie de pamphlets et oeuvres sur l’économie britannique, mais elle n’a jamais été publiée.  (Wagner, UCLA). A son retour aux Etats-Unis il se tourna vers la collection de livres anciens d’histoire américaine en anglais et en espagnol.

Le cinquième, un de leurs principaux fournisseurs de livres anciens d’économie politique britannique, Leon Kashnor, libraire spécialisé dans l’économie politique et sociale, propriétaire du Museum Bookstore à Londres, ceda des collections entières, premièrement 11.000 pièces (livres, pamphlets, lettres et manuscrits) à la toute jeune International Institute of Social History, Amsterdam en 1937   (IISH, Jan Rogier, De Gids, jrg.138 nr.10 1975, 655-667 Arthur Lehning)  puis environ 10.000 pièces et des collections de périodiques à la National Library of Australia (Canberra) en 1950. (Sander; National Library of Australia ; Kashnor Collection, Cochrane).

L’histoire de ces collectionneurs et de leurs collections  (provenance, acquisition, catalogage, relations avec les libraires spécialisés),  la sélection d’ouvrages, nous renseignent à plusieurs titres : le marché du livre ancien, la valeur/rareté et la popularité d’ouvrages d’économie politique; la philanthropie, l’université et la bibliophilie dans le Londres à la fin du XIXe siècle ; et l’émergence de l’économie comme discipline institutionnelle et universitaire. Leur histoire contribue également à l’archéologie des concepts économiques, au débat épistémologique et à mettre en avant le rôle du monde universitaire dans la préservation de tels artefacts.

Susan Finding, Professeur en études anglophones, Université de Poitiers

______________________

Rogério Arthmar & Michael McClure, ‘Herbert Somerton Foxwell (1849-1936), in Robert A. Cord (ed.) The Palgrave Companion to Cambridge Economics, Springer, 2017.

Margaret Canney, David Knott, Joan M. Gibbs (compiled by) Catalogue of the Goldsmiths’ Library of Economic Literature, Volume I, Printed Books to 1800 ; Volume II, Printed Books 1801-1850. London, Athlone Press 1981.

A.W. Coats, ‘The Origins and Early Development of the Royal Economic Society’, The Economic Journal, vol. 68, no. 310 (1968), 349–371.

Peter Cochrane, Remarkable occurences : The National Library of Australia’s First 100 years, 1901-2001, Canberra, National Library of Australia, 2001.

Stéphanie Daude, D’étonnants ex-libris découverts au Fonds ancien (3/3), BiblioDeL, Le blog des bibliothèques de lettres, sciences humaines et sociales. Posted on .

Goldsmith’s library of economic literature (Londres). Kress library of business and economics (Boston, Mass). Goldsmiths’-Kress library of economic literature : Woodbridge (Conn.) 1976-1987, 1672 bobines de microfilm 35 mm + 356 bobines pour le supplt.

Peter Groenewegen, The Minor Marshallians and Alfred Marshall: An Evaluation, Routledge, 2012.

Kress Library of Business and Economics, The Kress Library of Business and Economics Catalogue, 5 vols. [v. 1] Covering material published through 1776. –[v.2] Supplement, covering material through 1776. –[v.3] 1777-1817. –[v.4] 1818-1848. –[v.5] Supplement, 1473-1848. Cambridge, MA., Baker Library. Harvard Graduate School of Business Administration, 1940-1967.

The Kashnor collection : the catalogue of a collection relating chiefly to the political economy of Great Britain and Ireland from the 17th to the 19th centuries, Canberra, National Library of Australia, 2 Vols., 1969.

J. M. Keynes, C. E. Collet, [notice nécrologique] “Herbert Somerton Foxwell,” The Economic Journal, Dec. 1936.

John J. McCusker, “An Introduction to The Making of the Modern World.” The Making of the Modern World. Detroit, Gale Cengage Learning, 2011.

National Library Of Australia, Catalogue of a collection relating chiefly to the political economy of Great Britain and Ireland from 17th to 19th centuries.

Huub Sanders `Books and pamphlets on British social and economic subjects (ca. 1650-1880) at the IISH Amsterdam’, 1988.

Anne-Sophie Traineau-Durozoy, Auguste Dubois et sa bibliothèque, L’état de l’Irlande (1640 – 1830) exposition virtuelle. 15 décembre 2015.

Anne-Sophie Traineau-Durozoy, Terres lointaines, BiblioDeL, Le blog des bibliothèques de lettres, sciences humaines et sociales. Posted on .

Nathalie Brémand, Pratiquer le communisme aux États-Unis au milieu du XIXe siècle : les communautés icariennes, BiblioDeL, Le blog des bibliothèques de lettres, sciences humaines et sociales. Posted on

Nathalie Brémand, Les almanachs républicains et socialistes des années 1840-1850, BiblioDeL, Le blog des bibliothèques de lettres, sciences humaines et sociales. Posted on

Henry R. Wagner Collection, Beineke Library, Yale ; m/s Bibliography of British Economics, 1499-1799, UCLA Special Collections.

 

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

Contre-cartographies dans les Amériques, XVIème-XXIème siècles FLSH Université de Limoges, Laboratoire EHIC, jeudi 7- vendredi 8 février 2019

L’émergence et la consolidation progressive de l’hégémonie de la cartographie en tant qu’outil de représentation de l’espace sont intimement liées au processus de colonisation européen du Nouveau Monde. La rapide expansion du « monde connu » à partir du XVIe siècle a engendré un profond renouvellement de la conception de l’espace et va en effet contribuer au rapide développement d’une science cartographique visant à traduire le monde sous la forme d’une image mobile et mobilisable (Mignolo). La carte se veut dès lors un outil stratégique, un instrument de savoir-pouvoir géopolitique fondamental : pour les Européens qui se lancent à la conquête du continent américain, cartographier ne signifie non pas seulement connaître et rendre intelligible mais aussi domestiquer, soumettre, occulter, contrôler et même contredire l’ordre de la nature. Outils de guerre, outils d’exercice de la souveraineté et d’emprise symbolique et matérielle sur l’espace national, les cartes deviennent des supports essentiels de la puissance gouvernementale des Etats modernes : elles rendent possible l’administration verticale des populations, des territoires et des ressources. Dans les Amériques, la carte, en objectivant le mythe de la terra nullius, a ainsi permis de naturaliser les opérations de dépossession, d’extraction et d’élimination qui ont accompagné l’avancée de la frontière interne et l’intégration progressive des peuples et des espaces à l’ordre de l’État-nation et à la logique du développement. (…)

https://www.unilim.fr/recherche/2018/09/10/colloque-ehic-contre-cartographies-dans-les-ameriques/

Visite guidée EXPOSITION Poitiers autour de la Glorieuse Révolution

Savez-vous :

Pourquoi « Madame se meurt » (Bossuet) ;

De quoi Robinson Crusoe est l’archetype ;

Ce qui était projeté à Stratford-upon-Avon en 1677 ;

Où se situent New Harlem et New Brunswick ;

La/les langue-s que parlait le philosophe John Locke ;

La boisson favorite des anglais à la fin du 17e siècle ;

Les devenir des Huguenots après l’Edit de Nantes ;

La réputation des pirates des Caraïbes; 

ou celle des premiers courtiers de la bourse?

corporation-heraldry-yarranton

Venez assister à la visite guidée de l’exposition d’ouvrages anciens 

« La Glorieuse Révolution d’Angleterre »

le 14 février prochain, 11h,

Hall de la Bibliothèque Droit-Lettres, Campus, Université de Poitiers.

Inscription préalable auprès d’Anne-Sophie Traineau-Durozoy, conservatrice du Fonds ancien.

D’autres dates de visite pourront vous être proposées.

Egalement en visite libre jusqu’au 14 avril 2017.

Parution : Les premiers Irlandais du Nouveau Monde Une migration atlantique, 1618-1705

Les premiers Irlandais du Nouveau Monde    Une migration atlantique, 1618-1705, de Élodie Peyrol-Kleiber, Rennes, PUR, 2016

Ce volume porte sur la migration d’environ 3 000 engagés irlandais qui se sont établis sur les bords de la Chesapeake, en Virginie et au Maryland, au cours du XVIIe siècle. L’étude dresse un portrait démographique et socioculturel de ces engagés et de leurs propriétaires. Comment concilier le besoin de main-d’œuvre et le fait que les engagés irlandais étaient catholiques, donc considérés comme des traitres ? Comment ces stéréotypes ont-ils été transportés de l’autre côté de l’Atlantique et quelles en furent les conséquences sur leurs perspectives d’avenir au sein des sociétés coloniales ?

Avec une préface de Bertrand Van Ruymbeke.

Avec le soutien de l’université de Poitiers.

7th day conference Patrimoine-Dubois collection, Poitiers, 13th April 2017

Dans le cadre de l’axe 3 Humanités de la MSHS de Poitiers, et dans la continuité du Projet Patrimoines du MIMMOC

La révolution anglaise? Quelle révolution? L’Angleterre au XVIIe siècle

7e Journée d’études Patrimoine : Fonds Dubois,

MSHS Poitiers, Fonds ancien SCD Poitiers,

le 13 avril 2017 (MIMMOC) Organisée par S. Finding et E. Peyrol-Kleiber

 

Programme prévisionnel:

9h 30 – 10h presentation du Fonds Dubois par Anne-Sophie Traineau-Durozoy

10h – 10h30 Julian Hoppit (University College London) « Government and the economy in Britain, 1650-1750 »

10h45 – 11h15 Laurent Curelly (Université de Haute Alsace, Mulhouse): “Les radicaux? Mais quels radicaux? La Révolution anglaise et ses radicaux au prisme de la presse hebdomadaire de l’époque”

11h15-11h30 pause café

11h 30 – 12h Bertrand Van Ruymbeke (Université Paris VIII): “La Glorieuse Révolution en Amérique: ruptures et continuités”

14h – 14h 30 Elodie Peyrol-Kleiber (Université de Poitiers): “The Impacts of the Glorious Revolution on the Migration of Irish indentured servants in the Chesapeake”

14h45 – 15h15 Susan Finding (Université de Poitiers) : “Bibliophiles and collectors of economic history texts in Britain, France and the USA in the first decades of the 20th century”.

Material collections of rare books in English and the digital humanities : bibliophiles, and collectors in Britain, France and the USA at the turn of the 19th century 

15h 30 – 16h Conclusions

 

 

PARUTION : Radical voices, radical ways – Articulating and disseminating radicalism in seventeenth- and eighteenth-century Britain.

We are pleased to announce the publication of sans-titre

Radical voices, radical ways – Articulating and disseminating radicalism in seventeenth- and eighteenth-century Britain. Laurent Curelly and Nigel Smith (eds). Manchester: Manchester University Press, 2016. Seventeenth- and Eighteenth-Century Studies (series commissioned by Société d’Etudes Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles)– General Editor: Anne Dunan-Page.

http://www.manchesteruniversitypress.co.uk/9781526106193/

Colloque international « Sociabilités et pratiques de la démocratie en Grande-Bretagne, 1760 –1850 »

Colloque international « Sociabilités et pratiques de la démocratie en Grande-Bretagne, 1760 –1850 »
 
Des mouvements populaires associés à la figure de John Wilkes dans les années 1760, aux Chartistes des années 1830 et 1840, un nombre croissant de revendications s’exprime en-dehors des grandes institutions étatiques et ecclésiastiques (cour, Parlement, Eglise), et souvent contre elles. Dans les années 1780, les partisans de la réforme parlementaire s’unissent en Associations de comtés en Angleterre, en sociétés de burgh reform en Ecosse. A la faveur de la Révolution française se développe une sociabilité ‘plébéienne’, faite de sociétés et de clubs politiques ‘radicaux’ ou ‘jacobins’, mais aussi ‘anti-jacobins’ ou ‘loyalistes’. L’abolitionnisme, les mouvements ouvriers et syndicaux, les ligues locales ou nationales comme l’Anti-Corn Law League et bien sûr le Chartisme viennent porter des revendications morales, religieuses, économiques, de classe… Ces quelques exemples n’épuisent pas la diversité es mouvements adoptant des formes associatives plurielles et évolutives.
Au-delà de l’idéologie, l’historiographie récente a considérablement enrichi nos connaissances en analysant les formes de sociabilité. Les études sur les années 1790, en particulier, ont montré que l’innovation démocratique tenait au moins autant aux nouvelles pratiques qu’aux idées disséminées par les sociétés d’artisans telles que la London Corresponding Society. Les liens entre idéologie, pratique et conséquences politiques sont pourtant loin d’être univoques, comme en témoigne l’exemple des associations loyalistes qui se développent pour contrer la menace jacobine : ces associations porteuses d’une idéologie conservatrice ont paradoxalement participé à la politisation du petit peuple qu’elles cherchaient à éviter. Il est temps, aujourd’hui, de replacer ces interrogations dans le temps long de ce qu’on appelait naguère the Age of Reform, ou, en contexte européen, the Age of Revolution, pour étudier les héritages et les ruptures entre formes de sociabilité démocratiques ou du moins démocratisées. Dans le cadre de l’axe « Puissance du mode mineur » du laboratoire CLIMAS, on s’interrogera en particulier sur la force de proposition, d’exemple, de dissémination que peuvent constituer des groupes « mineurs », extra-parlementaires, et volontairement ou involontairement exclus des processus de décision officiels : comment ces groupes ont-ils utilisé leur position minoritaire ? ont-ils cherché à établir des sociabilités alternatives ou exclusives, ou au contraire à sortir de la minorité et à influencer les formes « majeures » de la représentation politique ?
 
Les associations, laboratoires de la démocratie ?
          Théorie et pratique: En quoi ces sociétés ont-elles constitué des laboratoires de la démocratie (locale, nationale, sectorielle, religieuse…), par leur idéologie et/ou par leurs pratiques ? Comment ont-elles théorisé, expérimenté ou refusé des pratiques acceptées aujourd’hui comme typiques de la démocratie (vote au suffrage universel, bulletin secret) ? Ont-elles mis en place d’autres pratiques démocratiques, comme la rotation des fonctions exécutives ou le tirage au sort ? Y a-t-il cohérence ou contradiction entre l’idéologie et la pratique ?
          Ouverture et entre-soi : dans quelle mesure ces formes de sociabilité permettaient-elles une participation politique étendue au-delà des détenteurs du droit de vote (en terme de genre, de classe, d’affiliation religieuse) ? Comment justifiait-on l’inclusion ou l’exclusion de certains groupes ?
          Ordre et désordre : comment ces sociétés gèrent-elles le conflit, le dissensus ? Comment concilient-elles mobilisation de masse et ordre public ? Cautionnent-elles la violence, ou cherchent-elles à la contenir ?
          Héritages et transmissions : Les formes de sociabilité s’inspirent-elles d’institutions déjà existantes : conseils ecclésiastiques, loges maçonniques, clubs… ? Comment s’opèrent les transmissions géographique, inter-générationnelles ou d’un secteur socio-politique à un autre ?
Toutes ces interrogations doivent prendre en compte le contexte politique et en particulier l’attitude, répressive ou conciliante, des autorités, induisant des stratégies (démocratiques ou non) d’adaptation, de résistance ou de subversion.
 
Le modèle parlementaire et ses alternatives
Quel lien ces sociétés entretiennent-elles avec les institutions officielles, et en particulier le Parlement de Westminster?
          Discours des sociétés sur le Parlement : S’inspirent-elles de ses procédures, de son vocabulaire, ou s’en démarquent-elles? Se veulent être des alternatives au Parlement, des compléments, des sources de proposition, des groupes de pression? Cherchent-elles à donner l’exemple et à mettre en pratique des idéaux qu’elles voudraient voir appliqués au Parlement ou dans d’autres institutions publiques ?
          Britannicité et exemples étrangers : Ces sociétés s’inspirent-elles de modèles britanniques et/ou étrangers (Révolution française, démocratie américaine…) ? Y a-t-il des spécificités locales, régionales (Angleterre, Ecosse, Pays de Galles, Irlande) ?
          Discours sur ces sociétés : Sont-elles saluées comme des alternatives salutaires ou critiquées comme usurpatrices des prérogatives ou des fonctions réservées au Parlement?
Les interventions peuvent prendre la forme d’études de cas particuliers (case studies) ou de réflexions théoriques ou historiographiques sur la période considérée: questions de périodisation, concepts comme agency, performance ou public sphere, apports méthodologiques (linguistic turn, étude des réseaux, analyse spatiale…).
 
Les propositions de communications, accompagnées d’une courte note biographique, ne dépasseront pas 300 mots. Les réponses seront envoyées mi-avril.
 
Repères bibliographiques :
Dzelzainis, Ella, et Ruth Livesey, éd. The American experiment and the idea of democracy in British culture, 1776-1914. Farnham, UK; Burlington, VT: Ashgate, 2013.
Epstein, James. In practice : studies in the language and culture of popular politics in modern Britain. Stanford, CA: Stanford University Press, 2003.
Innes, Joanna, et Arthur Burns. Rethinking the age of Reform : Britain 1780-1850. Cambridge: Cambridge University Press, 2003.
Innes, Joanna, et Mark Philp. Re-Imagining Democracy in the Age of Revolutions : America, France, Britain, Ireland, 1750-1850. Oxford: Oxford University Press, 2013.
Kelly, J., Powell, M.J. (eds) 2010. Clubs and Societies in eighteenth-century Ireland. Four Courts Press, Dublin
Mee, Jon. Conversable worlds : literature, contention, and community 1762 to 1830. Oxford: Oxford University Press, 2011.
Philp, Mark. Reforming Ideas in Britain: Politics and Language in the Shadow of the French Revolution, 1789-1815. Cambridge: Cambridge University Press, 2013.
Pickering, Paul A, et Michael T Davis. Unrespectable Radicals? Popular Politics in the Age of Reform. Aldershot, England; Burlington, VT: Ashgate, 2008.
Tuite, Clara, et Gillian Russell. Romantic sociability : social networks and literary culture in Britain, 1770-1840. Cambridge: Cambridge University Press, 2002.


Rémy Duthille
Maître de conférences, Études anglophones
UFR Langues et civilisations
Université Bordeaux Montaigne
Domaine universitaire
33607 Pessac Cedex
France
http://climas.u-bordeaux3.fr/index.php/membres/103-duthille-remy-maitre-de-conferences-civilisation-britannique-18e-siecle

Puritanismes anglais et américain, séminaire, 3 février 2017, Maison de la Recherche, Paris-Sorbonne

Séminaire Culture et religion dans les pays anglophones, en collaboration avec les laboratoires TransCrit de l’Université Paris 8 et HDEA de l’Université Paris-Sorbonne, animé par Rémy Bethmont et Nathalie Caron.

Prochaine séance le vendredi 3 février de 14h à 17h45 sur les puritanismes anglais et américain.
Lieu
Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne – salle D421 (28 Rue Serpente 75006 Paris – Métro et RER St Michel)
Programme:
Anne Page (Aix-Marseille): Clandestins, infidèles, mixtes et scandaleux : les mariages dissidents au XVIIe siècle.

Agnès Delahaye (Lyon 2): Puritanisme et colonisation: état des lieux de l’historiographie de Nouvelle-Angleterre.

Cette séance se terminera par une brève présentation par ses éditeurs de l’ouvrage Puritains d’Amérique: prestige et déclin d’une théocratie – textes choisis, 1620-1750. Édition dirigée par Agnès Derail.Textes traduits, annotés et commentés par Thomas Constantinesco, Agnès Derail, Laurent Folliot, Bruno Monfort et Cécile Roudeau.Paris, Éditions rue d’Ulm, “Versions françaises,” 2016.

Le séminaire est ouvert à tous.

Exposition La Glorieuse Révolution d’Angleterre Fonds ancien SCD Poitiers 6 février – 6 avril 2017

Nne initiative du MIMMOC et de la SCD de Poitiers

La Glorieuse Révolution d’Angleterre

Exposition / Culture

Exposition à la BU Lettres (Campus A2), Université de Poitiers, organisée en partenariat avec l’UFR Lettres et langues à partir du 6 février 2017.

fd-2255-1-001Les riches collections d’Auguste Dubois, léguées à la bibliothèque en 1935, permettent d’illustrer les dimensions politiques et économiques de la Glorieuse Révolution, qui vit l’accession au pouvoir de Marie II et de son époux Guillaume III d’Orange.

Exposition réalisée en partenariat avec l’UFR Lettres et langues de l’Université de Poitiers.
Deux visites guidées seront organisées lundi 06/02/2017 à 18h et mardi 14/02/2017 à 11h. Inscription préalable auprès d’Anne-Sophie Traineau-Durozoy.

Applications are now open for the London Rare Books School 2017

Applications are now open for the London Rare Books School 2017

The London Rare Books School (LRBS) is a series of five-day, intensive courses on a variety of book-related subjects taught in and around Senate House, University of London. London Rare Books School 2017 will take place from 26 – 30 June (week one), 3 – 7 July (week two), and for the first time the School will run a third week of courses from 10-14 July.

Bursaries, full and part paid, are available.

New courses running this year: History of the Book in India, The Queer Book, History of the Book in Scotland, Medieval Women and the Book, History of Colour Printing, The Digital Book

Also running:

Provenance in Books

Introduction to Bibliography

The Modern Rare Book Trade

Scholarly Editing

The Printed Book in Europe, 1455-2010

History of the British Book Trade

History of Book Illustration

The Medieval Book

A History of Reading

European Bookbinding

The Book in the Renaissance

For more information, please contact IESevents@sas.ac.uk or visit our website www.ies.sas.ac.uk/lrbs

Colloque Jeunes chercheurs « Le concert des nations » : transferts culturels et transferts génériques (1648-1815), Nantes, 23 septembre 2016

Colloque Jeunes Chercheurs organisé conjointement par la SFEDS (Société Française
d’Etudes du Dix-huitième Siècle) et par la SEAA XVII-XVIII (Société
d’Etudes Anglo-Américaines des 17e et 18e siècles)

Colloque Jeunes chercheurs Nantes 2016

Colloque Jeunes chercheurs: « L’Europe des nations » (Nantes, 23 septembre 2016)

Colloque Jeunes chercheurs « Le concert des nations » : transferts culturels et transferts génériques (1648-1815)

Colloque Jeunes chercheurs Nantes 2016

Ce colloque Jeunes Chercheurs de la Société Française d’Etudes du XVIIIe siècle (SFEDS) et de la Société d’études anglo-américaines XVIIe-XVIIIe siècles (SEAA XVII-XVIII) est organisé en collaboration avec le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI) et le laboratoire l’Antique, le Moderne (L’AMO) de l’Université de Nantes. Ces rencontres visent à donner l’occasion aux jeunes chercheurs de se rencontrer pour présenter et échanger sur leurs travaux, entre eux et avec des chercheurs confirmés, dans une ambiance conviviale et interdisciplinaire.

Des traités de Westphalie (1648) qui mirent fin à la Guerre de Trente ans et fondèrent un nouvel ordre européen, au Congrès de Vienne (1815) qui réorganisa l’Europe après la chute de Napoléon, les relations internationales furent le sujet d’innombrables interrogations politiques. Sous le nom de « concert des nations », expression qui désigne depuis un siècle les relations internationales qui ne sont pas fondées sur le recours à la force, c’est le versant artistique, littéraire et historique de ces mutations que nous voudrions examiner dans ce colloque ouvert à tous dont les communicants seront en priorité les jeunes chercheurs.

PROGRAMME DU COLLOQUE :

9h00 Ouverture du colloque par les organisateurs Pierre Carboni et Françoise Rubellin en présence de Georges Letissier, Directeur du CRINI et de Didier Delorme, Doyen de la FLCE.

9h15 Luc Davin, Université Paul Valéry – Montpellier III
« Le XVIIIe siècle, renaissance shakespearienne ? Problèmes de genre et de culture chez les shakespeariens dans le théâtre français (1746-1828) »

9h45 Caroline Wargacki, Université de Nantes
« La traduction en français d’Oroonoko (1688) d’Aphra Behn par Pierre-Antoine de La Place (1745) »

10h15 Justine de Reyniès, Lycée Talma, Brunoy
« La translation culturelle et ses stratégies littéraires au XVIIIe siècle : le cas du jardin « anglo-chinois »

10h45 pause café // salle 442

11h15 Maud Gallet Guillon, Lycée Léonard de Vinci, Montaigu.
« Les transferts culturels entre la Grande-Bretagne et les États-Unis entre la fin de la période coloniale et la deuxième guerre d’indépendance américaine : le cas de trois marchands américains voyageant en Europe »

11h45 Émilie Mitran, Aix-Marseille Université
« Révolutions et numérique »

Repas // 12h30

14h00 Intermède musical

14h45 Maxime Georges Métraux, Université Paris IV-Sorbonne
De la guerre de Scanie à la Grande guerre du Nord : les transferts artistiques et culturels entre la France et la Scandinavie (1675-1721)

15h15 Sylvain-Karl Gosselet, Université Grenoble-Alpes
« Europa dans Ie concert des nations »

15h45 Tiphaine Gaumy, Université de Caen
« La diplomatie par le vêtement (1600-1700) : le consensus du salut et une victoire « à la mode de France »

16h15 Camille Pollet, Université de Nantes
« La circulation des idées parmi les traités de noblesse espagnols, français et anglais, de Westphalie (1648) à Utrecht (1713) »

17h00 Clôture de la Journée

Colloque Jeunes chercheurs: « L’Europe des nations » (Nantes, 23 septembre 2016)

http://www.crini.univ-nantes.fr/1468843173393/0/fiche___actualite/&RH=1409581386750

La manifestation se tiendra à l’Université de Nantes le vendredi 23 septembre 2016, à partir de 9h. Les responsables scientifiques en sont  Pierre Carboni (Professeur de littérature anglaise) et Françoise Rubellin (Professeur de littérature française).

CFP: Fifth Summer Academy of Atlantic History: “Connecting and Globalizing the Atlantic” Universidad Pablo de Olavide, Seville, Spain 28 September – 1 October 2017

In the past few years, historians of the Atlantic World have increasingly turned their interest toward North and South Atlantic relations and connections between Atlantic, Indian Ocean and Pacific Worlds. Atlantic History has turned global – to some extent at least.

For the fifth Summer Academy of Atlantic History we invite applications from PhD students working on the history of the Atlantic World between the fifteenth and nineteenth centuries. While all projects pertaining to Atlantic History will be considered, we are particularly interested in applications on North and South Atlantic relations and comparisons and on Atlantic-Pacific connections.

 

https://networks.h-net.org/node/5293/discussions/141269/cfp-fifth-european-congress-world-and-global-history-ruptures?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

The fifth Summer Academy will be hosted by Prof Bartolomé Yun Casalilla of the Universidad Pablo de Olavide, Seville, Spain, PI of the Project “American Globalization” (HAR2014-53797-P). Born in Lima in 1740, Pablo de Olavide is a prominent figure of what we might want to dub the Atlantic Enlightenment.

As well as providing the selected students with an opportunity to present papers and engage in discussion with tutors and their fellow students on their research, the Summer Academy will also host keynote speakers who will address broad themes appertaining to Atlantic History.

Prospective student participants should send a CV and a summary (3-4 pages altogether) of their research projects to susanne.lachenicht@uni-bayreuth.de by 30 September 2016. Successful applicants will be notified by 31 October 2016.

Organizers and steering committee:

– Prof Bernard Bailyn (Harvard University, USA)
– Prof Trevor Burnard (University of Melbourne, Australia)
– Prof Nicholas Canny (NUI Galway, Ireland)
– Dr Lauric Henneton (Univ. Versailles-Saint-Quentin, France)
– Prof Susanne Lachenicht (Univ. Bayreuth, Germany)
– Dr Ben Marsh (Univ. of Kent, UK)
– Prof Philip D. Morgan (Johns Hopkins University, USA)
– Prof L.H. Roper (SUNY New Paltz, USA)
– Prof Bartolomé Yun Casalilla (UPO, Seville, Spain)

Contact Info:

Prof. Dr. Susanne Lachenicht

Chair of Early Modern History

Unievrsitaet Bayreuth

95440 Bayreuth

Germany