Archives de catégorie : Meetings & conferences

Terres lointaines : compagnies, commerces, colonies (XVIIe-XVIIIe), Colloque international, Poitiers, octobre 2018

« Terres lointaines : compagnies, commerces, colonies (XVIIe-XVIIIe) », Université de Poitiers (France), 10-12 octobre 2018

The Matthew, Bristol Dock (Photo : S. Finding)

Colloque international organisé par Elodie Peyrol-Kleiber (Université de Poitiers), Susan Finding (Université de Poitiers) et Bertrand Van Ruymbeke (Université Paris 8 et IUF)

Please scroll down for English version

England’s improvement by sea and land / Andrew Yarranton — Londres : R. Everingham, T. Parkhurst et N. Simmons, 1677-1698 Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FD 2255

La complexité des acquisitions territoriales par l’Angleterre puis la Grande-Bretagne conduit l’historien des XVIIe et XVIIIe siècles à prendre en compte un vaste ensemble géographique. D’apparence morcelé, cet espace territorial et maritime  est néanmoins relié à la métropole par de multiples réseaux commerciaux et par conséquent humains. Ces terres lointaines restent ainsi proches et dépendantes de l’Angleterre puis de la Grande-Bretagne et en retour certains aspects du modèle anglais sont exportés dans les colonies.

Qu’il s’agisse des colonies nord-américaines, des Antilles anglaises, de l’Inde, de l’Afrique de l’Ouest ou de l’Indonésie, nombre de ces réseaux furent initiés par des compagnies marchandes, véritables instigatrices de la cohésion commerciale de l’empire. Etaient-elles cependant de réelles représentantes de l’Angleterre ? Dans quelle mesure étaient-elles liées à la colonisation ? En quoi participaient-elles au développement de ce premier  « empire » ?

Le Fonds Dubois, conservé à la bibliothèque universitaire de Poitiers, se veut le reflet d’un tel questionnement, plus particulièrement à travers le spectre d’économistes politiques incontournables tels que John Locke, Edmund Burke, Charles Davenant, Jonathan Swift, Daniel Defoe et de nombreux autres. Ces derniers s’attachèrent toujours à déterminer la place de l’empire et les bénéfices que cet empire grandissant apporterait ou avait apporté au royaume mais aussi à sa population. Des problématiques telles que l’utilité de la South Sea Company et de l’asiento dans les colonies du sud de l’Amérique et au Pacifique ou encore le questionnement qui précéda l’indépendance des Treize Colonies américaines sont présentes dans les ouvrages du Fonds Dubois.

C’est dans cette perspective que nous souhaitons explorer le phénomène de la colonisation et de la construction impériale à la lumière des trois  termes de compagnies,  de commerces et de colonies, au pluriel afin de refléter la diversité de « l’empire anglo-britannique  » aux XVIIe et XVIIIe siècles et d’en identifier les différentes interactions, qu’elles fussent commerciales bien entendu, humaines, institutionnelles  ou encore politiques. Quels rôles ont joué ces compagnies et comment cet « empire » s’est-il servi d’elles pour asseoir sa dominance sur des contrées le plus souvent lointaines ? Le commerce était-il le but premier de ces compagnies ou des stratégies politiques sous-tendaient-elles leur création et développement ?

Conférenciers confirmés : Trevor Burnard (Melbourne University) et Lou Roper (State University of New York at New Paltz)

Le programme sera diffuse prochainement.

“Terres Lointaines: companies, commerce and colonies (17th-18th centuries)”

The complexity of the territorial acquisitions of England and then Great-Britain led historians of the 17 and 18 c. to take into account a vast geographical ensemble. With a fragmented appearance, this territorial and maritime space was nevertheless linked with the metropole thanks to multiple trading networks and as a consequence, human networks. Those far-off lands thus remained close to and dependent on England then Great-Britain and in return, some aspects of the English model were exported to the colonies.

Be it North-American colonies, English West Indies, India, Latin America, Africa or Indonesia, many of those networks were initiated by trading companies, true instigators of the commercial cohesion of the empires. Yet, were they true representatives of Great Britain and the other empires? To what extent were they linked to colonisation? How did they take part in the development of this first ‘empire’?

The Fond Dubois, deposited in the university library of Poitiers, reflects such issues, more specifically through the lense of major political economists such as John Locke, Edmund Burke, Charles Davenant, Jonathan Swift, Daniel Defoe and many others. They devoted their works to determining the place of the empire and the benefits that this growing empire had brought or could bring to the kingdom, but also to the population. Issues such as the usefulness of the South Sea Company and of the asiento in the South American Colonies and in the Pacific, or the debate preceding the independence of the Thirteen Colonies are discussed in the works of the Fond Dubois.

It is in this perspective that we wish to explore the phenomenon of colonisation and the building of the Empire, in the light of three words: companies, commerce and colonies, to show the diversity of the ‘English/British’ Empire during the 17 and 18 c. and to identify its different interactions, were they commercial, human, institutional, or political. What roles did those companies play and how did this Empire use them in order to extend its rule over most often far away territories? Was trade the main objective of those companies or did political plans underlie their creation and development?

Confirmed keynote speakers: Trevor Burnard (Melbourne University) et Lou Roper (State University of New York at New Paltz)

The program will be available shortly.

Cfp : Newspapers and Periodicals in Britain & Ireland, 1641–1800

Call for Papers

Newspapers and Periodicals in Britain & Ireland, 1641–1800

7–9 September 2016
University College Dublin, Ireland

An inter-disciplinary conference organised by Dr Geoff Kemp (Auckland) and Professor Jason McElligott (Dublin)

 


Areas of interest

Proposals are welcomed for 20 minute papers which address any of the following areas in Britain and/or Ireland between 1641 and 1800:

  •  Individual publications of note; important/significant editors/owners/journalists.
  •  Thematic overviews, particularly ones that examine concepts such as the public sphere, definitions of the press, or the political economy of the press.
  • Assessments of regional and national identity, including the role of publications in articulating ethnic and gendered identities.
  • The movement of print information across space and time
  • Print and media networks and communication structures
  • Digital futures and possibilities
  • Contextualisations of print media as shaped by technological, political and cultural forces
  • Readers and readership
  • Patterns of migration and national, regional, global communication exchanges
  • Analyses of newspaper and periodical publishing in specific cities or regions
  • The newspaper and periodical press as a physical artifact
  • Aspects of visual culture, including graphic design, illustration and technological developments
  • The commodification and professionalisation of journalism and the periodical press
  • Advertising and commercialisation
  • Collectors and collections

How to submit a proposal

Proposals of 300 words (maximum) for 20-minute presentations are invited which engage with the themes of the conference. Please also include a short biography of a maximum of 70 to 100 words. Both proposal and biography should be combined in one document and attached to your email submission as either a Word document or PDF file.
Proposals should be emailed to <keeper@marshlibrary.ie> by close of business on Monday, 29 February 2016.
Successful applicants will be notified by email on Monday, 14 March 2016.

Background

This conference is the last in a series of three events which are intended to map current research in British and Irish press history. The first event, on the twentieth century, was hosted by Sheffield University’s Centre for Journalism Studies in September 2014. The second conference, on the nineteenth century, was held in the University of Edinburgh in September 2015.
Like its predecessors, this conference in UCD will contribute to the commissioning of a three-volume overview of British and Irish newspaper and periodical history. The work, commissioned by Edinburgh University Press, will be under the general editorship of Professor Martin Conboy (Sheffield), Professor David Finkelstein (Edinburgh), Dr Geoff Kemp (Auckland) and Professor Jason McElligott (Dublin).

Cfp Day conference Poitiers, 7th April. 1688, The Glorious Revolution: continental and transatlantic perspectives

1688, La Glorieuse révolution : perspectives européennes et transatlantiques

6e Journée d’études Patrimoine : Fonds Dubois,

MSHS Poitiers, Fonds ancien SCD Poitiers,

le 7 avril 2016 (MIMMOC) Organisée par S. Finding et E. Peyrol-Kleiber

Appel à contributions :

Si la Glorieuse révolution en Angleterre (1688) inaugure de nouveau rapports entre la monarchie et le parlement anglais, et les victoires militaires et parlementaires qui suivirent mirent fin à tout espoir de retour au statut quo ante et à la possibilité de maintenir une pluralité religieuse, se soldant par l’avènement du « Royaume-Uni » (1707), les événements dans les îles britanniques à la fin du XVIIe siècle furent suivis au-delà des mers : en Europe chez les rivaux continentaux du Royaume anglais et en Amérique du nord, dans les jeunes colonies.

Les perspectives européennes et transatlantiques de la Glorieuse révolution contribuent à élargir les horizons de cet événement qui a souvent été interprété comme une affaire interne à la scène politique anglaise. Les approches de l’histoire « globale » ont changé les perspectives. Des faits contributoires et des conséquences multiples sont à chercher sur la scène internationale. Dans les domaines de l’histoire des idées politiques et philosophiques, de la circulation d’idées, de l’histoire de l’empire britannique, et des rapports économiques et sociaux, les changements qui interviennent à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle annoncent une nouvelle ère globale.

Des contributions qui utiliseront les auteurs, ouvrages et/ou archives du Fonds Dubois (dont une collection d’ouvrages rares d’histoire politique et économique anglais de 1600 à 1830) et du Fonds d’Argenson (dont la famille fournit conseillers, ambassadeurs et ministres d’état au XVIIe-XVIIIe siècles) déposés à l’Université de Poitiers seraient appréciables. Catalogue en ligne sur : scd.univ-poitiers.fr/culture-et-decouvertes/le-fonds-ancien-782281.kjsp

Propositions à envoyer avant le 28 février 2016.

____________________________________________

1688, The Glorious Revolution: continental and transatlantic perspectives

6th Day Conference Patrimoine Fonds Dubois, Fonds ancien SCD Poitiers, MSHS Poitiers

7th April 2016

Call for papers :

If the Glorious Revolution in England (1688) launched a new balance of power between the monarchy and the English Parliament, the military and  parliamentary successes which followed ended any hope of a return to the status quo ante, as well as the possibility of maintaining religious diversity, resulting in the advent of the United Kingdom (1707), the events in the British Isles at the end of the 17th century were followed overseas : in Europe by the English kingdoms rivals, and in North America’s young colonies.

European and transatlantic perspectives on the Glorious Revolution enlarge the horizons of this phenomenon which has often been interpreted as an purely internal English political affair. Global history approaches have changed this outlook. Multiple causes and consequences are to be sought on the international scene. The changes which intervened at the end of the 17th century and beginning of the 18th century are now seen in the fields of politics, history and circulation of ideas, colonial history, economic and social history, as announcing a new global era.

Contributions which include the authors, works and/or archives in the Dubois Rare Books Collection (including rare books in English on political science and economics 1600-1830) and the Argenson Collection (whose family provided counsellors, ambassadors, ministers in 17th and 18th century France) held the University of Poitiers Library would be appreciated. Catalogue  : scd.univ-poitiers.fr/culture-et-decouvertes/le-fonds-ancien-782281.kjsp

Deadline : 28 February 2016.

Contacts :

  1. Finding (MIMMOC), Université de Poitiers, susan.finding@univ-poitiers.fr
  2. Peyrol-Kleiber (MIMMOC), Université de Poitiers, elodie.peyrol.kleiber@univ-poitiers.fr

Cfp: Copyright and the Circulation of Knowledge: Industry Practices and Public Interests in Great Britain from the 18th Century to the Present

Appel à Contributions:

 Copyright and the Circulation of Knowledge:

Industry Practices and Public Interests in Great Britain from the 18th Century to the Present

http://www.univ-paris3.fr/copyright-and-the-circulation-of-knowledge-358583.kjsp

New combinations of technology, culture, and business practice are transforming relationships among authors, publishers, and audiences in many fields of knowledge, including journalism, science research, and academia. Self-publishing, open-access, open source, creative commons, crowd sourcing and copy left: these are a few of the key words associated with recent changes in how knowledge is produced and circulated. While being celebrated for their potential to democratize knowledge, many of these changes have been accompanied by heated debates on such questions as the appropriate role of experts and ‘gatekeepers’; how to ensure that such projects are both trustworthy and economically viable; and how best to balance the interests of authors, publishers, and the general public. Copyright is often at the centre of these discussions.

Though the technologies involved have changed dramatically since the eighteenth century, similar questions were debated in the decades following the first British copyright statute (1710). Indeed, today’s discussions of piracy and copyright sometimes echo the eighteenth-century ‘battle of the booksellers’ that pitted advocates of a limited-term copyright (and the creation of a public domain) against proponents of authors’ natural (and perpetual) rights over their works. Then as now, many felt that the law was not always in step with cultural norms or trade practices. While some denounced all unauthorized republications as piracies, others experimented with new ways of disseminating knowledge through translations, abridgements, compilations (including the first magazines), and cheap reprints. During the nineteenth century, technological and cultural changes and the increasingly international market for books led to more debates over the legitimacy and public utility of various forms of reprinting, as well as new strategies for combatting piracy.

This conference seeks to bring together specialists of Great Britain from the eighteenth century to the present to explore the complex relationship between copyright and the circulation of knowledge. We welcome case studies that focus on a particular time period as well as papers that show how attitudes and practices have changed over time. Papers that bring past and present concerns into dialogue are especially welcome. Potential topics may include:

 

¤ the economics of publishing in a given period or sector, and its effects on the circulation of knowledge;

¤ the political, cultural, or philosophical underpinnings of public access to knowledge;

¤ the strategies developed by authors or publishers to protect their intellectual property;

¤ the perceived boundaries between legitimate and piratical publications;

¤ the consequences of specific laws or institutional arrangements for the circulation of knowledge in different domains;

¤ the use of historical examples in arguments about copyright and the public domain;

¤ the different forms of publication developed to republish or recirculate existing works, whether authorized or not.

Interested scholars should send an abstract of their proposed paper (200 words) and a short biography-bibliography (100 words) by 15 January 2016. Answers will be given by 15 March 2016.

Proposals should be sent to copyright-conference@univ-paris3.fr

Organizers:

¤ Emmanuelle Avril – professeur des universités – Université Sorbonne Nouvelle (CREW/CREC EA 4399)

¤ Sarah Pickard – mcf – Université Sorbonne Nouvelle (CREW/CREC EA 4399)

¤ Will Slauter – mcf – Université Paris Diderot (LARCA UMR 8225)

¤ Bénédicte Miyamoto – mcf – Université Sorbonne Nouvelle (CREW/CREC EA 4399)

¤ Louisiane Ferlier – digitization project manager – the Royal Society

 

Call for papers to dowload on the conference web page:

http://www.univ-paris3.fr/copyright-and-the-circulation-of-knowledge-358583.kjsp

With the support of:

Université Sorbonne Nouvelle

CREW (EA 4399) – the Centre for Research on the English-speaking Word

CREC – the Centre for Reasearch on British Studies

Université Paris Diderot

LARCA (UMR 8225) – Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones

Université Paris Diderot & Université Sorbonne Nouvelle

Membres fondateurs de Sorbonne Paris Cité (SPC)

Institut Universitaire de France (IUF)

3e Journée d’étude Projet Patrimoine – Fonds Dubois

Une douzaine de chercheurs étaient présents le 14 juin 2013 à la 3e journée d’études dans le cadre du projet Patrimoine Fonds Dubois, organisée par les laboratoires MIMMOC-CRIHAM avec le soutien de l’Université de Poitiers, de la MSHS Poitiers, et de Conseil général de la Vienne. Notons la présence de Pierre Le Masne (Université de Poitiers), qui prépare un ouvrage en collaboration avec Romual Dupuy (Université de Tours), sur Victor Riqueti de Mirabeau et François Quesnay, Philosophie rurale, qui paraîtra dans la Collection « Naissance de l’économie politique » aux Editions Slatkine en 2014 ; de Karim Ghorbal (Paris VIII) et de Clément Martin (Paris VII) dont les sujets de thèse les ont amenés à découvrir l’intérêt du Fonds Dubois. Des étudiants du Master Recherche Cultures étrangères écoutèrent les interventions des deux invités, Steven Pincus, Bradford Durfee Professor of History, à Yale, et Carl Wennerlind, Associate Professor of History à Columbia.

Le professeur Steven Pincus est venu travailler dans le Fonds Dubois en mars 2012. Sa communication, intitulée « Adam Smith, Slavery, and the Political Economy of Revolution », montre comment les ouvrages de plusieurs auteurs présents dans la collection Dubois – Addison, Trenchard, et Mandeville, mais aussi des auteurs français, les Physiocrates, notamment Quesnay – peuvent être mis en perspective pour mieux comprendre la circulation des idées, mais aussi le contexte global de la situation des pays européens au XVIIIe siècle au sortir de la guerre de Sept Ans (1757-1763).

La position d’Adam Smith envers ce que les britanniques appelèrent ‘la crise américaine’ des années 1760 à 1770, qui divisa profondément la société civile britannique, est celle des ‘Patriotes’, qui soutenait la possibilité pour les colonies britanniques, américaines mais aussi écossaise, irlandaise et indienne, d’être représentées dans le législatif. De même, c’était une erreur de leurs imposer les nouvelles taxes pour résorber la dette encourue suite à la guerre de Sept Ans, car les éléments productifs dynamiques de l’économie – les colonies – devaient subir moins d’imposition que les éléments non-productifs (la terre) selon Smith. Tout  le contraire est l’interprétation que donnent les think-tanksl’Adam Smith Institute et le Cato Institute des théories de Smith comme chantre du néo-libéralisme et de la non-intervention gouvernementale. Dans cette optique, qui prend en compte la globalité de l’empire britannique, la ‘révolution américaine’ ou ‘crise américaine’ ne fut pas uniquement une rébellion coloniale, mais une guerre civile impériale.

Carl Wennerlind, Associate Professor of History, Columbia University, auteur de Casualites of Credit, The English Financial Revolution, 1620-1720, Harvard University Press, 2011, présenta ses travaux dans une communication intitulée “Scarcity or Abundance: the Role of Credit in Early Modern Capitalism”. Le rôle des moyens d’échange avait évolué à partir du milieu du XVIIe siècle (Nicholas Barbon, A Discourse of Trade, 1690) et vit la création de la Banque d’Angleterre en 1694, malgré les faillites en 1720 de part et d’autre de la Manche (système de Law et la South Sea Bubble), commenté par Nicolas Dutot (Réflexions politiques sur les finances et le commerce, La Haye, 1738), et par Daniel Defoe dans plusieurs écrits.

En fin de matinée, Susan Finding (Université de Poitiers) évoqua l’acquisition d’ouvrages pour appuyer les recherches dans le Fonds Dubois, et invite les membres du réseau à suggérer des titres avant fin octobre 2013.

L’après-midi fut consacré à des travaux dans le Fonds ancien du Service commun de documentation de l’Université de Poitiers à la Bibliothèque Droit-Lettres.

Anne-Sophie Durozoy, Conservateur, a fait une présentation de la collection, de son ‘inventeur’, et d’ouvrages choisis du Fonds Dubois. Les chercheurs ont ensuite pu avoir des échanges autour de la consultation d’ouvrages avec la participation de Jean-Paul Bonnet, bibliothécaire retraité, dont la connaissance détaillée du Fonds et des catalogues a permis d’approfondir des pistes sur  la constitution de la collection et des travaux basés sur les ouvrages du Fonds – notamment la direction de thèses et de rééditions annotés d’ouvrages anciens.

La journée a permis de faire avancer le projet de valorisation scientifique autour du Fonds. L’idée est de faire émerger l’essentiel de ces collections exceptionnelles grâce à une mise en parallèle de celles-ci avec d’autres, tout en poursuivant son exploitation par des chercheurs spécialistes du sujet, qui soulignent à chaque fois l’aspect exceptionnel de ce Fonds conservé à l’Université de Poitiers.

Les prochaines étapes sont les suivantes. 

1. Anne-Sophie Durozoy (Conservateur du Fonds ancien) se charge de prévoir un site qui sera pris en charge par la SCD avec l’aide d’I-média, et veillera à la mise en route des premières numérisations. Il s’agit des douze ouvrages en anglais de Josiah Tucker (dont elle a calculé le nombre de pages à reproduire), ainsi que ses ouvrages traduits en français.

L’intérêt spécifique réside dans l’existence de fichiers Word établis par Karim Gorbal, qui termine une thèse sur l’œuvre de Tucker, sous la direction de Philippe Minard (EHESS), texte garanti par la vérification systématique de M. Gorbal, et exploitable par concordancier ; la numérisation se distinguera des versions disponibles sur Early English Books Online ou Inscrite dans la continuité de la base Early English Books Online (EEBO), la base ECCO (Eighteenth Century Collections Online) par l’ajout des traductions (principalement en français).

ECCO compte plus de 180 000 titres (200 000 volumes) imprimés entre 1701 et 1800 au Royaume-Uni et dans ses colonies, à partir des collections du British Library et de 1500 collections publiques et privées, dont la Bodleian à Oxford et les bibliothèques universitaires de Cambridge, au Royaume-Uni, et d’Harvard, Huntington et Yale..

2. Les échanges ont permis de dégager l’idée de faire émerger un projet autour des notions de Crise et dette au XVIIIe siècle – Europe et Amérique du Nord – que les ouvrages du Fonds Dubois (en anglais et en français) mais aussi les archives du Fonds d’Argenson permettent d’explorer en conjonction avec d’autres sources. Un projet scientifique dont les résultats pourraient être mis en parallèle avec les questions de finances publiques et de dette à l’époque contemporaine fédérerait les travaux divers des chercheurs membres du réseau dans un programme d’envergure internationale.

3. La publication d’un premier volume issu des travaux des trois journées d’étude (2012-2013) dans la revue électronique en ligne Mémoire(s), Identité(s), Marginalisté(s) dans le Monde Occidental Contemporain Cahier du MIMMOC, <mimmoc.revue.org>, est prévue pour 2014.

4. Une mission de recherche à l’International Institute of Social History à Amsterdam en juin-juillet 2013, financé par une bourse de la MSHS de Poitiers, permettra à Susan Finding de consulter deux fonds d’archives qui concernent l’histoire du Fonds Dubois : les Archives des Editions Marcel Rivière (Paris) 1904-1986, fondateur et éditeur de la Revue d’histoire des doctrines économiques et sociales, dirigé par Auguste Dubois et Auguste Deschamps ; les archives de la collection des frères D. et L. Kashnor, propriétaires du Museum Bookshop à Londres, de qui il semblerait qu’Auguste Dubois aurait acquis une bonne partie des œuvres de langue anglaise.

5. On rappelle qu’il existe des possibilités de financement pour des séjours à Poitiers – chercheurs invités (post docs en poste dans des Universités étrangères), accords ERASMUS, etc. Voir le site dubois.hypotheses.org. Mme. Siobhan Talbott (University of Manchester) a obtenu un financement de la Région Poitou-Charentes pour un séjour comme chercheuse invitée au printemps 2013 (qui n’a pas pu être effectué).

Un séjour de recherche à l’Université de Yale au printemps-été 2014, financé par ces moyens, permettra à Susan Finding de poursuivre trois objectifs : examiner les pamphlets et livres pour déterminer si l’édition est conforme ou, si et comment les éditions diffèrent; comparer la méthodologie et les outils de recherche utilisés par les archivistes et les conservateurs pour cataloguer ces collections; et enfin, développer, avec les collègues de Yale, un partenariat pour une bibliothèque virtuelle gratuite des oeuvres dans le Fonds Dubois à Poitiers.

Compte-rendu rédigé par Susan Finding et Audrey Vedel (MIMMOC), le 17 juin 2013.