Projet de mise en ligne des archives privées de George III, partenariat entre King’s College London et les Archives royales.

 

De : Marie-Madeleine Martinet marie-madeleine.martinet@paris-sorbonne.fr>

King’s College London, connu comme l’un des principaux centres mondiaux
en humanités numériques, vient d’obtenir un projet relevant des études
dix-huitiémistes  :  la numérisation et mise en ligne des archives
personnelles de George III et des autres souverains de sa dynastie, qui
se trouvent dans les Archives royales à Windsor. C’est un corpus de 350
000 pages, dont seulement 15%  sont actuellement publiées.
Comme il se doit pour ce type de travail, les compétences de plusieurs
départements de King’s College London sont mises à contribution :
Digital Humanities pour la partie technique, War Studies et History pour
le contenu, Enlightenment Studies pour l’approche interdisciplinaire.
Ce projet fait partie d’un programme plus large des Archives royales,
qui vise à ouvrir l’accès aux sources, à la suite de la numérisation des
papiers de la reine Victoria il y a trois ans.
L’objectif, tel qu’exposé dans le communiqué, est de renouveler sur le
fond notre connaissance de la Grande-Bretagne georgienne, et aussi, dans
les méthodes d’approche permises par les documents numérisés, de
favoriser recherche et analyse sous une forme ‘créative et flexible’.
http://www.kcl.ac.uk/newsevents/news/index.aspx

Journée d’études Les Catalogues #2, jeudi 19 mars 2015, Université de Poitiers

Les catalogues #2       Jeudi 19 mars 2015 10h / 17h  *Entrée libre

POITIERS Hôtel Fumé Salle des Actes
Faculté des Sciences humaines et arts
Université de Poitiers 8 rue René-Descartes

Journée d’études coordonnée par Véronique Meyer (CRIHAM) et Dominique Moncond’huy (Forell), dans le cadre de l’axe thématique Humanités, Culture, Patrimoine de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers.

Catalogue_2015_progr (1)

Éric Palazzo, professeur en Histoire de l’art (CESCM, Université de Poitiers)
Les catalogues de manuscrits enluminés

Patrick Michel, professeur en Histoire de l’art (IRHiS, Université de Lille 3)
Le catalogue de vente : formes, fonctions et utilisation pour l’étude du marché et des collections au XVIIIe siècle

Cécile Auzolle, maître de conférences HDR en Musicologie (CRIHAM, Université de Poitiers)
Réaliser un catalogue raisonné : le cas de Daniel-Lesur (1908-2002)

Susan Finding, professeure en Études anglophones (MIMMOC, Université de Poitiers)
Bibliophiles et catalogues : collections d’ouvrages d’histoire économique XVIe-XVIIIe siècles

Isabelle Gadoin, professeure en Études anglophones (Forell, Université de Poitiers)
L’étude de la constitution des collections d’art islamique dans l’Angleterre du XIXe siècle : l’apport du catalogue de l’Exposition londonienne ‘d’art arabe et persan’ de 1885

CFP: FIFTH DAY CONFERENCE ON THE FONDS DUBOIS Political Economy in the Atlantic World, 16th-19th centuries

livres-fonds-dubois.jpgCFP: FIFTH DAY CONFERENCE ON THE FONDS DUBOIS

Political Economy in the Atlantic World, 16th-19th centuries

MSHS Poitiers, Fonds Ancien SCD Poitiers

June 11th, 2015

Organized by Susan Finding and Elodie Peyrol-Kleiber (MIMMOC)

(Appel à communication en français ci-dessous).

The University of Poitiers holds in its Manuscripts & rare books collections the prestigious Dubois collection essentially composed of works on political economy. It holds an impressive number of rare pamphlets published mainly from the second half of the 16th century to the beginning of the 19th. Assembled by August Dubois, Professor of Economic & Political Doctrine at the University of Poitiers, where the University Library (Law & Litterature) is the depository to this legacy. A number of works in the collection have been digitised for the virtual library on the first socialisms. Those documents are of particular interest for historians, philosophers, political scientists, economists, ethnologists and sociologists on themes such as the economics, political means, working conditions and the circulation of ideas and persons in Europe and in the Atlantic world more widely during the three centuries covered by the works contained in the collection. A large number of works in the Collection are in English, or published in the British Isles (see the online catalogue: Fonds Dubois: ouvrages en langue anglaise, traduits de l’anglais ou publiés en Grande-Bretagne [PDF – 439 Ko] ). This collection is unique in France.

We invite proposals both on the content and the form of this collection as well as the themes it covers. The exploration possibilities are numerous and several levels of analysis are at stake.

The contents of the Dubois Collection along with that of the Fonds d’Argenson (mainly containing personal papers of Count Marc-Pierre Voyer d’Argenson (1696-1764), Secretary of War under Louis XV, and his descendants):

The debates on the consequences of the 1701 Union (Scotland-England), the history of economic thought,  Irish history 18th century – beginning of the 19th century, Franco – British relationships during the 18th century, trade and diplomatic exchanges, the colonies.

The themes:   Economic crises, the value of currency, the expansion of credit, the evolution of trade,   industry and agriculture, trading power, money, intra-European and transatlantic exchanges.

The questions of:  Publishing and the circulation of knowledge, the history of the terminology and writing of economic English, the translations of economic works, learned libraries, bibliophiles, learned bibliography…

Proposals (200 words) should be sent to Susan.finding@univ-poitiers.fr and elodie.peyrol.kleiber@univ-poitiers.fr before April 15, 2015.

************************************************************************

Appel à communication 5E JOURNEE D’ETUDES PATRIMOINE : FONDS DUBOIS

Politique économique dans l’espace atlantique, XVIe-XIXe siècles

MSHS Poitiers, Fonds ancien SCD Poitiers,

Jeudi 11 juin 2015

Organisée par Susan Finding et Elodie Peyrol-Kleiber (MIMMOC)

Le Fonds ancien de la BU de l’Université de Poitiers est dépositaire du prestigieux Fonds Auguste Dubois essentiellement composé d’ouvrages de politique économique, riche d’une quantité impressionnante de pamphlets rares publiés entre 1560 et 1830, collectés par Dubois, Professeur d’histoire des doctrines économiques et politiques à l’Université. Une première numérisation a eu lieu dans le cadre de la Bibliothèque virtuelle Les premiers socialismes. Ces documents sont d’un intérêt particulier pour les historiens, politologues, économistes, ethnologues et sociologues quant aux conditions de vie, aux questions économiques, aux moyens politiques, et à la circulation des idées en Europe et au-delà, au cours des deux siècles couverts par la collection. Un grand nombre de ces ouvrages sont des ouvrages en anglais, ou publiés dans les îles britanniques (voir catalogue en ligne : Fonds Dubois: ouvrages en langue anglaise, traduits de l’anglais ou publiés en Grande-Bretagne [PDF – 439 Ko]. Cette collection est unique en France.

Nous invitons des propositions de contributions sur le fond et la forme de cette collection et des questions qu’elle soulève. Les pistes d’exploration sont multiples et plusieurs niveaux d’analyse entrent en jeu.

Le contenu des ouvrages de la collection du Fonds Dubois, et de la collection d’archives parallèle Fonds d’Argenson (constitué principalement des papiers de la branche cadette de la famille, issue du comte Marc-Pierre Voyer d’Argenson (1696-1764), secrétaire d’Etat à la Guerre sous Louis XV) :

les débats sur les conséquences de l’Union de 1701 (Ecosse-Angleterre), les débuts de la pensée économique, l’histoire irlandaise 18e – début du 19e siècles, les relations franco-britanniques au 18e, les échanges commerciales et diplomatiques, les colonies…

Les thématiques :

les crises économiques, la valeur de la monnaie, l’expansion du crédit, l’évolution du commerce, de l’industrie et de l’agriculture, la puissance commerciale, l’argent – nerf de la guerre, les échanges intra-européens et transatlantiques.

Les questions de :

l’édition et la circulation des savoirs, l’histoire de la terminologie et l’écriture de l’anglais économique, les traductions de et vers l’anglais des ouvrages économiques, les bibliothèques savantes, les bibliophiles collectionneurs, la bibliographie érudite….

Les propositions (200 mots) sont à envoyer à Susan.finding@univ-poitiers.fr et elodie.peyrol.kleiber@univ-poitiers.fr avant le 15 avril 2015.

Cfp. Bound labor in the Americas before the abolition of slavery, Poitiers, October 16th, 2015.

One-day conference

Bound labor in the Americas before the abolition of slavery: legal codifications, transfers and the harmonization of the practices

Poitiers University, France, Friday October 16th, 2015 ***

From the 17th century onwards, the demographic and economic growth of the North American and Caribbean colonies was intricately linked to the introduction and subsequent exploitation of bound labor. The implementation of indentured servitude addressed the need to compensate for the scarcity of labor, after the relative failure of the enslavement of Native Americans, while also assuring the peopling of the colonies. By the same token, the deportation of vagrant children, of vagabonds and convicts also provided a means for the Old Continent to rid itself of its undesirable population. The rise in European immigration that resulted from the decrease of sea transportation costs made free labor more economically attractive and gradually transformed the indentured servitude system into the Redemptioner System. During the course of the 18th century, the increasing reliance on black bonded labor led to the disappearance of white indentured servitude. Economic incentives – be they in terms of productivity or in the cost of controlling the laborers – motivated the adoption of new forms of bound labor. However, the substitution of one form of unfree labor for another did not occur in a sudden and orderly fashion: the change was characterized by a period of transition during which several types of bound labor coexisted. This one-day conference aims at historicizing the implementation and development of different forms of bound labor in North America and in the Caribbean before the abolition of slavery. By specifically focusing on the process of legal codification, it intends to underline the continuities, the transfers and the differences that existed between the legislations which applied to various forms of unfree labor, but also between practices. Bound labor took many forms (indentured servitude, apprenticeship, convict labor, slavery, etc.) and encompassed diverse personal and collective experiences, depending on the geographic location and the historical period. Besides examining the construction of a legal arsenal aimed at controlling and disciplining unfree laborers, this one-day conference will also endeavor to assess, through case studies, the disparities between rhetoric and reality, in order to highlight the indomitable propensity for individuals or social groups to emancipate themselves from normative injunctions. We welcome presentations based on a variety of topics such as: – a comparative approach between different legislations, different time periods and different geographic locations – the extent to which social and geographical origins, or religious confession, influenced unfree laborers’ social integration and treatment – the social and political difficulties posed by the coexistence of various forms of bound labor – the specialization and assignment to professional tasks according to the type of bound labor force – the gap between law and practice – the historiographic progress which the development of new technologies allows, namely in the treatment of data and the reconstruction of personal or collective trajectories

The languages of the one-day conference will be French and English.

For consideration, please submit a paper proposal of 300 words and a 1 page CV by April 15, 2015 to boundlabor2015 -at- gmail.com A selection of papers presented at the conference will be published.

Conference organizers: Lawrence Aje (Université Paul -Valéry, Montpellier 3 – EMMA) Anne-Claire Fauquez (Université Panthéon – Assas – EA 1569: Transferts critiques et dynamiques des savoirs, Université Paris VIII) Elodie Peyrol-Kleiber (Université de Poitiers – MIMMOC).

Journée d’étude Le travail contraint dans les Amériques avant l’abolition de l’esclavage : codifications juridiques, transferts et harmonisation des pratiques,

Université de Poitiers vendredi 16 octobre 2015

La croissance démographique et économique des colonies nord-américaines et caribéennes est intimement liée à l’exploitation et à l’introduction, dès le XVIIe siècle, de travailleurs non libres. Après le relatif échec de l’asservissement des Amérindiens, la mise en place de l’engagement répond au besoin de pallier le manque de main-d’œuvre, tout en assurant le peuplement des colonies. En outre, la politique de déportation d’enfants vagabonds dans le cadre d’apprentissages, de gens sans aveu et autres condamnés de droit commun permet de délivrer le Vieux Continent de populations jugées indésirables. L’augmentation de l’immigration européenne entraînée par la diminution des frais de traversée, provoque la baisse du coût de revient des travailleurs libres et conduit à la mutation progressive du système d’engagement vers le Redemptioner system. Au cours du XVIIIe siècle, le recours grandissant à l’esclavage noir précipite la disparition de la servitude des travailleurs blancs. L’adoption de nouvelles formes de travail non libre répond, avant tout, à des impératifs économiques, aussi bien en termes de profitabilité que de gestion de la population servile. Cependant, la substitution d’une forme de main-d’œuvre contrainte par une autre ne se produit pas de façon brutale et ordonnée : ce passage se traduit par une période de transition, étape durant laquelle coexistent plusieurs conditions juridiques non libres. Cette journée d’étude se propose d’historiciser l’instauration et le développement des formes de travail non libres dans l’espace nord-américain et caribéen avant l’abolition de l’esclavage. En portant un intérêt particulier aux processus de codification juridique qui régissent les différentes formes de servitudes contraintes, elle souhaite mettre en évidence les continuités, les emprunts et les ruptures entre les législations mais également entre les pratiques. Qu’elle soit engagée, apprentie, condamnée ou asservie, la main-d’œuvre contrainte recouvre une grande diversité d’expériences personnelles et collectives, selon les époques et les lieux. Aussi, outre l’examen de la construction d’un arsenal juridique destiné au contrôle et à la discipline des travailleurs non libres, l’une des ambitions de cette journée sera également d’évaluer, au travers d’études de cas, l’écart entre les discours et les pratiques, afin de mettre en évidence la part irréductible de tout être ou groupe social à s’affranchir des injonctions normatives. Les participants sont invités à s’interroger sur les pistes, non exhaustives, de réflexion suivantes : – Une approche comparative entre les législations, les époques et les régionsJournée d’étude Le travail contraint dans les Amériques avant l’abolition de l’esclavage : codifications juridiques, transferts et harmonisation des pratiques Université de Poitiers vendredi 16 octobre 2015 *** La croissance démographique et économique des colonies nord-américaines et caribéennes est intimement liée à l’exploitation et à l’introduction, dès le XVIIe siècle, de travailleurs non libres. Après le relatif échec de l’asservissement des Amérindiens, la mise en place de l’engagement répond au besoin de pallier le manque de main-d’œuvre, tout en assurant le peuplement des colonies. En outre, la politique de déportation d’enfants vagabonds dans le cadre d’apprentissages, de gens sans aveu et autres condamnés de droit commun permet de délivrer le Vieux Continent de populations jugées indésirables. L’augmentation de l’immigration européenne entraînée par la diminution des frais de traversée, provoque la baisse du coût de revient des travailleurs libres et conduit à la mutation progressive du système d’engagement vers le Redemptioner system. Au cours du XVIIIe siècle, le recours grandissant à l’esclavage noir précipite la disparition de la servitude des travailleurs blancs. L’adoption de nouvelles formes de travail non libre répond, avant tout, à des impératifs économiques, aussi bien en termes de profitabilité que de gestion de la population servile. Cependant, la substitution d’une forme de main-d’œuvre contrainte par une autre ne se produit pas de façon brutale et ordonnée : ce passage se traduit par une période de transition, étape durant laquelle coexistent plusieurs conditions juridiques non libres. Cette journée d’étude se propose d’historiciser l’instauration et le développement des formes de travail non libres dans l’espace nord-américain et caribéen avant l’abolition de l’esclavage. En portant un intérêt particulier aux processus de codification juridique qui régissent les différentes formes de servitudes contraintes, elle souhaite mettre en évidence les continuités, les emprunts et les ruptures entre les législations mais également entre les pratiques. Qu’elle soit engagée, apprentie, condamnée ou asservie, la main-d’œuvre contrainte recouvre une grande diversité d’expériences personnelles et collectives, selon les époques et les lieux. Aussi, outre l’examen de la construction d’un arsenal juridique destiné au contrôle et à la discipline des travailleurs non libres, l’une des ambitions de cette journée sera également d’évaluer, au travers d’études de cas, l’écart entre les discours et les pratiques, afin de mettre en évidence la part irréductible de tout être ou groupe social à s’affranchir des injonctions normatives. Les participants sont invités à s’interroger sur les pistes, non exhaustives, de réflexion suivantes : – Une approche comparative entre les législations, les époques et les régions- Le rôle joué par l’appartenance raciale, l’origine géographique ou la confession religieuse dans l’intégration sociale et dans le traitement des travailleurs non libres – Les enjeux sociaux, politiques et sécuritaires posés dans la gestion de la population non libre dans les périodes de coexistence entre plusieurs statuts de travailleurs non libres – L’assignation à des tâches professionnelles spécifiques selon le type de main-d’œuvre non libre et son importance démographique – L’écart entre la/les législation(s) et la/les pratique(s) – Le renouveau historiographique que permet le développement de nouvelles technologies, notamment en matière de traitement des données et de reconstruction des trajectoires personnelles ou collectives.

Les langues de la journée d’étude sont l’anglais et le français. Les propositions de communication, d’environ 300 mots, incluant un titre et le rattachement institutionnel, ainsi qu’une courte biographie d’une page maximum sont à envoyer à l’adresse suivante boundlabour2015 -at- gmail avant le 15 avril 2015. Les actes seront publiés.

Comité d’organisation : Lawrence Aje (Université Paul – Valéry, Montpellier 3 – EMMA) Anne-Claire Faucquez (Université Panthéon – Assas – EA 1569 : Transferts critiques et dynamiques des savoirs, Université Paris VIII) Elodie Peyrol-Kleiber (Université de Poitiers – MIMMOC).

cfp ‘Writing Political Economy, 1750-1850’, Sussex University, School of English, 15th-16th January 2016

Writing Political Economy, 1750-1850

School of English, University of Sussex

CALL FOR PAPERS

‘Writing Political Economy, 1750-1850’ will be a two-day conference to be hosted by the School of English at the University of Sussex, UK from 15th-16th January, 2016.  The event will feature plenary talks from Professor Mary Poovey (NYU) and Professor Peter de Bolla (Cambridge), and will bring together those currently working on and with political economy in literary studies and the humanities more broadly.

We are now accepting proposals for twenty-minute papers addressing political economy between 1750 and 1850.  We invite papers which address the discourse of political economy from one of the perspectives sketched out below. Also welcome are papers which consider how current concerns over financial crises and the social and cultural consequences of capitalism resonate through such work, or which consider what pressure is being put on the study of political economy by current debates surrounding neoliberalism and its alternatives.

Proposals for papers should be sent to writingpoliticaleconomy@gmail.com by Friday 24th April, 2015.  More information can be found on the conference website.

 

 

CONTEXT

In the years since the financial crisis of 2008, political economy has come centre stage in public consciousness. Its role as a foundational discourse through which modernity understands not just finance, but social structures, class, inequality, wealth, poverty and community is newly recognised, but is also now subject to a thorough re-examination. In such contexts, the historicity of political economy, as a discourse and mode of analysis, is rarely acknowledged. But political economy is a relatively recent discourse, emerging in the late eighteenth century as a defining achievement of Enlightenment philosophy, and bequeathing to modernity some of its fundamental concepts, including capital, credit, the market, the division of labour. The rise of political economy in the eighteenth and nineteenth centuries also contributed to a transformation of the disciplinary field and a reconfiguration of knowledge whose implications were felt in realms as diverse as literary culture, social philosophy, aesthetics, and beyond.

 

Our current understanding of the origins and history of political economy was transformed and deepened by the work, in the 1970s and 1980s, of intellectual historians including Istvan Hont, Michael Ignatieff and Donald Winch.  In this work, with which the University of Sussex has been strongly associated, the ideas and patterns of thought to be found in political economy were parsed, sifted and contextualized with rigorous detail and erudition. This scholarship led to a conception of political economy as a discourse in which historical formulations of man’s place in the social and natural worlds also articulated the tensions and anxieties that animated contemporary commercial society.

But another phase in the study of political economy can now be identified, as political economy from the mid-eighteenth to mid-nineteenth centuries has become the focus of ground-breaking work within English studies. This phase, which began in the 1990s and is ongoing, considers political economy alongside a plethora of other social, literary and philosophical discourses, and offers a wealth of analyses which transform not only our understanding of political economy, but of philosophy, culture, narrative, literary history and the disciplines. Collectively, such work not only enriches our understanding of the discourse of political economy; it also transforms our understanding of literary history and of literary studies itself. The rich and various work in this area includes:

 

  • studies of political economy as a form of writing, narrative or discourse, which submit its rhetorical and philosophical gestures to intense textual and conceptual analysis
  • studies of the genres and textual forms of political economic writing, and of the monetary and credit forms circulating in the economy
  • comparative studies of political economic with other forms of writing, including fiction
  •  work on the archaeology of economic concepts and systems
  • analysis of discourses of value, within and beyond economics, and their place in culture
  •  historical studies of the mobilisation of aesthetic and cultural critiques against the rise of ‘the dismal science’
  •  post-Foucauldian studies of the construction of bodies and subjects in political economy
  • studies of the relations between economics and other disciplines, such as biology, politics, or the social sciences
  •  studies of the engagement with debates over political economy by particular literary authors, or in particular works.

Proposal for papers are invited from any of the above fields and perspectives.

 

ORGANIZERS

 

Dr. Richard Adelman & Dr. Catherine Packham,

School of English, University of Sussex, Brighton, UK

cfp Money, Power and Print: An Interdisciplinary Colloquium on the Financial Revolution in the British Isles, 1688-1776, June 2016

Call for Papers

Money, Power and Print: An Interdisciplinary Colloquium on the Financial Revolution in the British Isles, 1688-1776

June 23 – 25, 2016

This colloquium, the seventh in a biennial series and the first to be held in Wales, at the Swan Hotel, Hay-on-Wye, invites scholars from a variety of disciplines to enrich their mutual understanding of the intersections between public finance, politics, and print during Britain’s ‘financial revolution’.

  • Papers for the colloquium should be grounded in one four general areas that address the themes below by considering:the mechanics of the ‘financial revolution’ itself — the operations, theoretical and practical, of institutions such as banks, joint-stock companies, public debt , and paper money
  • the effect of diverse understandings of emerging financial instruments and theories upon contemporary political debate as demonstrated in the literature and legislative debates of the period
  • the influence of the successes and failures of specific legislative and / or financial proposals on the development of political and economic programs throughout this period
  • the impact of literature and legislative debates of the period on people’s perceptions of the financial revolution and/or its political consequences.

In all cases, consideration should be given to the degree to which the print material under discussion shaped the implementation of financial policies and influenced political discourse.

 

‘Money’ is used broadly to cover the core economic components of the financial revolution. ‘Power’ is taken to mean the contest between royalty, aristocracy, gentry, merchants, financiers, and other formal or informal groupings for influence and standing. ‘Print’ refers to how the interplay of money and power were explained, analyzed, explicated, and misrepresented (whether deliberately or not) in newspapers, pamphlets, novels, plays, illustrations, and other printed material intended for circulation. The term ‘Britain’ is used loosely to refer to all constituent parts of the United Kingdom and also to Ireland and the colonies.

Five session are planned, four with geographic themes and one with a focus on a particular individual.

The four geographic themes will be: Scotland, Ireland, North America (and other colonial entities), and France. Papers on each theme might consider matters that were strictly internal, or matters that involved relations with the English / British government in Westminster, or English / British lessons drawn from those activities.

There will also be a panel on Joseph Harris (1702 – 1764) astronomer, navigator, economist, natural philosopher and King’s Assay Master at the Royal Mint.

Papers will be distributed in advance and presented in 2-hour sessions at which all colloquium participants are present. Presenters will have five minutes to summarize their paper. The remainder of each session will be given over to questions and discussion, in which the goal is to enrich our mutual understanding by eliciting insights from all of the disciplines represented at the table. Authors are therefore expected to write for a non-specialist audience, avoiding jargon, making concepts from their own discipline readily accessible to all those present, seeking to identify areas of general interest, and focusing on questions on which scholars of various disciplines will have something to contribute

Graduate students and emerging scholars are particularly encouraged to submit proposals.

ewer are due no later than 15 June 2015. Earlier submissions are encouraged. Those whose initial proposals seem likely to be a good fit for the colloquium will be asked to get a full draft to the conference organizers by 15 December 2015. The final decision about which papers to include will be made in mid-February 2016, and the program will be published shortly thereafter

Expressions of interest, questions, or submission should be directed to Christopher Fauske: cfauske@gmail.com.

Cfp WORKSHOP 10 Books, libraries and collections – Transatlantic translations’, AFEA Annual Conference in La Rochelle 25-27 May 2015.

Folger Library, Washington

Folger Library, Washington 

 

Contributions are invited for Workshop 10, AFEA Conference, University of La Rochelle, France, 25-27 May 2015.

All paper submissions must be sent to workshop chairs.
Deadline for abstract submission: 20 December 2014.

Books, libraries & collections – transatlantic translations

The creation of the first libraries in the American colonies is strongly linked to the transmission of knowledge. Books – starting with the Holy Book – accompanied English-speaking pilgrims, French & Spanish-speaking Catholic priests, and immigrants of other origins on their Atlantic crossing.

The gift by men of the faith of books at Branford CT, and that of over 400 books by Elihu Yale in 1718, which form the core of library of the college that was to become Yale University, is an example. The importing of books from England, Scotland and Ireland, but also from other Old World countries, did not suffice for local needs. It led to the creation of an American publishing industry – in the widest sense (e.g. the ongoing project at Brown University: Mapping Colonial Americas Publishing). The conditions which created that demand for books (education, literacy, readership, circulating libraries) are part of this history. The reverse trajectory, American works for European readership, can also be included in this approach : the first works written in the New World (Las Cases, Penn) or later travelogues (Dickens, De Toqueville) are examples.

Beinecke

Beinecke 

 

The acquisition of contemporary works edited in Europe, and the purchasing of rare books by bibliophile collectors who give their collections to American Universities continues. Examples that come to mind, among others, are the John Carter Brown Library (Providence, R.I.) the Folger Library (Washington D.C.), the Lewis Walpole Library (Farmington, CT).

This workshop aims to bring together examples of the trajectories of these books – writing, printing, publishing, purchasing, ownership, readership, provenance, acquisitions, donations – as moments of transposition, translation and transportation which illustrate the circulation of knowledge and the anchoring of this knowledge in an intellectual tradition in the Americas which was either imported or of home-grown origin.

Topics which may be explored include: collections, the handing down of works, libraries, publishing houses, the exporting and importing of books (to and from North America), genres, readership, translations, transcriptions, reproductions or new editions.

Proposals to be sent to susan.finding – at – univ-poitiers.fr, and geoffrey.pitcher – at – univ-poitiers.fr, by 20th December 2014.

The History of Financial Crises

The History of Financial Crises, Edited by D’Maris CoffmanLarry NealRoutledge – 2014 – 1,802 pages, Series: Critical Concepts in FinanceHardback$1,570.00
978-0-415-63506-6. November 14th 2014

Since 2007, the global financial system has endured extreme turbulence with banks suffering stomach-churning losses, necessitating unbelievable bailouts by national governments. Moreover, the ongoing eurozone crisis has highlighted still further the often dysfunctional interactions between government regulators, banks, and capital markets. But, of course, these events are far from novel. The current crises prompt comparisons with the Great Depression of the 1930s, the global crisis of 1907, the international crises of the 1870s, the meltdown of 1825, the Mississippi and South Sea bubbles of 1719–20, the Roman crisis of 33AD, the default by Dionysius, tyrant of Syracuse, around 400BC, and perhaps even the financial cataclsym in Babylon that occurred more than three thousand years ago.

The urgent necessity to locate, and learn from, successful examples of sustained recovery from severe financial crises—and to place present crises in a meaningful historical context—underscores the timeliness and usefulness of this new Routledge collection, expertly edited by Larry Neal and D’Maris Coffman. In four volumes, the collection meets the need for an authoritative reference work to allow researchers and students to make sense of a vast literature and the continuing efflorescence in research output. Users will now be able easily and rapidly to locate the best and most influential scholarship, work that is otherwise often inaccessible or scattered throughout a variety of specialist journals and books. With material gathered into one easy-to-use set, researchers and students can spend more of their time with the key journal articles, book chapters, and other pieces, rather than on time-consuming (and sometimes fruitless) archival searches.

The History of Financial Crises is fully indexed and includes a comprehensive introduction and epilogue, newly written by the editors.

  1. History of Economic Thought
  2. Economic History
  3. Public Finance
  4. Banking
  5. Credit & Credit Institutions
  6. Finance

Les mondes britanniques, Une communauté de destins? Colloque international, Université Paris Sorbonne, 14-15 novembre 2014

Le Groupe de Recherches « Mondes britanniques » organise, les 14 et 15 novembre 2014 en Sorbonne, un colloque international sur le thème « Les Mondes britanniques, une communauté de destins ? ».

Il s’agira d’étudier sur la longue durée l’histoire de ces espaces et de ces populations très divers dont le trait commun a peut-être été l’appartenance à un « ensemble » britannique régi par des modes de domination, de régulation, de circulation et de contestation spécifiques dont il convient de dresser les contours et les réalités.

Le premier champ de réflexions portera sur l’espace britannique lui-même,
notamment sur les enjeux et l’historiographie déjà fournie de l’ambivalence de
l’identité des îles britanniques face à l’alternative entre une réalité européenne et un
destin impérial. Il s’agira ensuite de revenir sur l’un des fondements supposés de la
cohérence des mondes britanniques, celle conférées par les lois, en questionnant l’idée
d’une communauté de normes propres et leur contribution à la construction de cet
espace, non sans envisager les formes alternatives qui ont pu s’y déployer.
La question des parcours individuels dans un espace en considérable extension,
des îles britanniques à l’Empire, au cours des périodes modernes et contemporaines
fera l’objet de communications qui aborderons par ce biais la question des évolutions
de l’identité culturelle dans les îles britanniques comme dans l’Empire. Cette réflexion
sera poursuivie par l’étude des formes de la contestation du modèle politique imposé
par la métropole, à travers l’articulation d’enjeux majeurs comme les résistances à
l’intégration ou l’irréductibilité du local à l’uniformisation des comportements et des
visions inspirées par la métropole. Il s’agira en somme d’appréhender les processus de
l’élaboration, plus contrariée qu’on a longtemps voulu le croire, d’une identité propre
à ces mondes britanniques.

Conflict, Commerce and Franco-Scottish Relations, 1560-1713

Siobhan Talbott, who visited the Dubois collection and took part in a day conference, in 2012, has published  

Conflict, Commerce and Franco-Scottish Relations, 1560-1713, Perspectives in Economic and Social History: 28London: Pickering & Chatto, 2014.  256pp: 234x156mm: January 2014 HB 978 1 84893 407 8: £60/$99  eBook: £24 (incl. VAT). 

Using untapped archival sources from Britain, France and America, Talbott presents a comparative view of Scottish relations with France over the long seventeenth century. Contrary to the accepted view, she argues that the Scottish-French alliance continued undiminished following the 1560 Treaty of Edinburgh and the British Unions of 1603 and 1707. Informal trading – invisible in the official documents, but attested to in private papers – went on between France and Scotland much as before, without England dominating Scottish interests. Finally, Talbott situates the Franco-Scottish relationship within the broader British and European economic and political climate of the time.

Introduction
Part I: Frameworks
1 Beyond 1560: The Auld Alliance
2 Markets and Merchants
3 ‘The Custom House Officers are So Agog of Seizing’: Legislation and Commercial Policy
Part II: Experiences
4 ‘Fire that’s Kindled Within Doores’: The British Civil Wars and Interregnum, 1639–1660
5 ‘In Pursuit of His Majesty’s Enemies’: Franco-Stuart Conflict, 1627–1667
6 ‘For the Security and Encouragement of the Free Trade of Scotland’: The Nine Years’ War and the War of the Spanish Succession, 1688–1713
7 Beyond 1707: Franco-‘British’ Relations?
Conclusion: ‘The Said Privileges are Still in Vigour’
Appendices

Histoire des traductions en langue française XVIIe-XVIIIe siècles (1610-1815)

Histoire des traductions en langue française XVIIe-XVIIIe siècles (1610-1815), Sous la direction d’Yves Chevrel, Annie Cointre et Yen-Maï Tran-Gervat. Parution : octobre 2014; 1376 pages, ouvrage relié, 48€  ISBN : 978-2-86432-774-5

Deuxième volume de l’Histoire des traductions en langue française coordonnée par Yves Chevrel et Jean-Yves Masson, cet ouvrage traite précisément des traductions réalisées entre 1610 et 1815.

Conçu sur le même mode que le volume précédent (le XIXe siècle), il se présente comme une histoire, celle des oeuvres traduites, des traducteurs et des actes de traduction en langue française, dans tous les domaines où cette langue a joué un rôle, non seulement pour les lecteurs dont elle est la langue maternelle, mais aussi pour tous ceux, nombreux à cette époque, pour qui elle est langue de communication à l’échelle de l’Europe.
Durant ces deux siècles, la question du « génie de la langue » est au centre des débats, qu’il s’agisse d’écrire ou de traduire. De Port-Royal à Rivarol, la spécificité du français comme langue à la fois naturelle et logique est constamment abordée, voire ressassée. En même temps, le français est de plus en plus confronté aux enjeux induits par l’extension des domaines linguistiques désormais connus. Les discours sur la traduction se multiplient, une pensée de la traduction commence à s’élaborer, traducteurs et libraires-éditeurs sont de plus en plus présents sur le marché du livre. L’exposé de cette nouvelle conjoncture, objet des cinq premiers chapitres, est suivi d’un ensemble de cinq études concernant les traductions des textes sacrés de diverses religions, des œuvres philosophiques, des travaux scientifiques, des récits de voyage, des ouvrages historiques. Un dernier groupe de quatre chapitres traite des traductions littéraires : théâtre, poésie, prose narrative, livres pour l’enfance et la jeunesse.
Réalisé grâce à la collaboration d’une soixantaine de chercheurs de différentes nationalités, cet ouvrage est un instrument de travail qui se propose d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche. Il comprend un index de près de 1500 traducteurs, dont beaucoup avaient été jusqu’alors négligés ou ignorés, et chaque chapitre est suivi de références bibliographiques permettant d’approfondir les questions abordées.

Atelier XVIIIe siècle (SEAA) – SAES 2015 Toulon

http://ll.univ-poitiers.fr/saesfrance/spip.php?article343

L’atelier XVIIIe siècle, placé sous l’égide de la SEAA XVII-XVIII accueille les propositions de communication pour le prochain congrès de la SAES qui aura lieu les 4, 5 et 6 juin 2015 à Toulon. Le thème retenu cette année est  « L’engagement / Commitment » et vous trouverez le texte de cadrage général à l’adresse suivante :

http://ll.univ-poitiers.fr/saesfrance/IMG/pdf/texte_anglais.pdf

Concernant le long XVIIIe siècle, entendu à titre indicatif comme la période qui s’étend de 1688 à 1837, le thème peut se décliner ainsi :

– l’engagement politique et institutionnel : dans la construction des nouvelles institutions issues de la « révolution glorieuse » et des actes d’union avec l’Écosse, la question de la loyauté aux nouveaux monarques ou aux Stuarts, l’engagement aux côtés des Whigs ou des Tories et la notion fluctuante d’engagement partisan ; dans la seconde moitié du siècle, l’engagement dans la critique du Parlement et dans la réforme du droit de vote, l’engagement des femmes et hommes dans le débat politique;

– l’engagement militaire : dans les nombreux conflits qui se succédèrent entre 1688 et 1815 et ses représentations, l’évolution des alliances, le débat autour du patriotisme;

– l’engagement au moment de la guerre d’indépendance américaine, de la révolution française

– l’engagement économique : dans le secteur commercial ou marchand en expansion, dans l‘empire ;

– l’engagement religieux : la défense de la foi protestante, des libertés religieuses, la question de la tolérance et de l’intransigeance religieuses  ;

– l’engagement social : dans les mouvements de révolte et de rébellion, l’engagement de nature philanthropique, éducatif, la réforme des mœurs, les campagnes contre les loisirs violents, les mesures en faveur de l’amélioration de l’hygiène et de la santé ;

– l’engagement culturel : dans la construction culturelle de la nation, des femmes et hommes de lettres, dans la presse, dans l’expérimentation scientifique, l’engagement artistique en faveur de la promotion de l’art anglais (contre les influences étrangères dans les jardins, la peinture, la gravure, l’architecture, la musique ou le théâtre par exemple), l’engagement dans les clubs et les sociétés.

Journée d’études : Les catalogues, une réflexion croisée

Journée d’études : Les catalogues, une réflexion croisée

Catalogues_180

Jeudi 16 octobre 2014 – 10h30 / 17h, POITIERS – Hôtel Berthelot – Salle Crozet

Faculté des Sciences Humaines et Arts – 24 rue de la chaîne – Bât. E13

Ouvert àtous – Entrée libre, Renseignements : www.sha.univ-poitiers.fr

Journée d’études organisée par Véronique Meyer (laboratoire CRIHAM), dans le cadre de l’axe thématique Humanités, Culture, Patrimoine de la Maison des Sciences de l’Homme et de la  Société de Poitiers, en partenariat avec les laboratoires CRIHAM et Forell (Université de Poitiers).

Thématique générale :

La problématique des catalogues du point de vue de la bibliophilie, de l’histoire de l’art, de la musicologie et des lettres : un état de la question.

Conférence inaugurale :

– 10h30 / 12h30 : Yann Sordet – Directeur de la Bibliothèque Mazarine

Une archéologie des catalogues de livres. Typologie, usages, instrumentations

Après-midi :

– 14h / 15h : Claire Barbillon – CRIHAM, Université de Poitiers

Le catalogue dans tous ses états. Le catalogue et les arts, tentative de typologie

– 15h / 16h : Thierry Favier – CRIHAM, Université de Poitiers

Le catalogue comme source de l’histoire de la musique à l’époque moderne : quelles enquêtes ? quelles méthodes ?

– 16h / 17h : Dominique Moncond’huy et Pierre Martin – Forell, Université de Poitiers

Cabinets de curiosités : les avatars du catalogue

 

 

Ateliers “Richesse et Vertu” 2014-2015

La 1ère séance des Ateliers "Richesse et Vertu" aura lieu le jeudi 6 novembre 2014, à Paris, sur le thème suivant :  "Richesse et Vertu : les Querelles du Luxe".

Jeudi 6 novembre 2014
Centre Pierre Mendès France – Salle C 16.05
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Organisés par le CREM (CNRS, Université de Caen-Basse Normandie),
le LED (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis),
le PHARE. (CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Vous trouverez à l’adresse ci-dessus le programme de la manifestation ainsi que le bulletin d’inscription à retourner, au plus tard, le 20 octobre 2014.

 

 

Bibliothèques américaines et le Fonds Dubois anglais

Lewis Walpole Library, Yale (Farmington CT)

Lewis Walpole Library, Yale (Farmington CT)

Dans le cadre de la mission de chercheur invité à l’Université de Yale, du 20 avril au 20 juillet 2014, il a été possible d’effectuer la comparaison des ouvrages en anglais du Fonds Dubois détenus par l’Université de Poitiers (Service commun de documentation, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres, Fonds ancien) avec des collections semblables dans plusieurs bibliothèques américaines.

Beinecke

Beinecke, Yale

Les bibliothèques américaines concernées par cette mission sont en premier lieu la Beinecke Library (New Haven, CT) et la Lewis Walpole Library (Farmington, CT) de l’Université de Yale; mais également la Baker Library à Harvard, la Butler Library de l’Université de Columbia (New York), la John Carter Brown Library, Brown University (Providence, Rhode Island), la Arnold Bernhard Library à l’Université de Quinnipiac (Hamden, CT) et la Folger Library (Washington D.C.).

Baker Library, Harvard

Baker Library, Harvard (Cambridge, MA)

Les collections de livres, léguées aux trois premières universités (Yale, Harvard, Columbia) forment les corpus d’ouvrages anciens traitant de l’histoire de l’économie – domaine que couvre le Fonds Dubois – parmi les plus importants en dehors de la collection du British Library (et de la National Library of Australia, Canberra).

John Carter Brown Library, Brown

John Carter Brown Library, Brown (Providence, RI)

La John Carter Brown Library (importantes collections d’ouvrages anciens concernant les Amériques), la Lender Special Collection de la Arnold Bernhard Library, Quinnipiac, et la Folger Library (spécialisée dans les oeuvres du 16-17e siècles autour de Shakespeare) détiennent également des oeuvres sur le sujet. Il a été établi que le Fonds Dubois, tout comme les autre collections, contient des exemplaires de pamphlets et d’ouvrages uniques, présents dans aucune autre collection répertoriée au monde.

Folger Library, Washington

Folger Library,(Washington D.C.)

Le séjour comme chercheur invité a permis de considérablement élargir le réseau international de chercheurs autour du projet, et en Amérique du Nord et en Europe (notamment l’Irlande), d’approfondir le projet au niveau méthodologique, d’entamer des pourparlers concernant des partenariats internationaux, de faire des recherches dans les archives sur la formation de collections, la philanthropie et la bibliophilie, la prosopographie dans l’histoire de la discipline des sciences économiques, et de faire avancer le travail de recherche appliquée en humanités numériques.

Butler Library, Columbia

Butler Library, Columbia (NYC)

Pendant la mission, une trentaine de collègues de différentes institutions américaines et internationales  (historiens, spécialistes d’études européennes, transatlantiques, britanniques et irlandaises, conservateurs de collections et bibliothécaires responsable de collections de fonds anciens) ont pu être rencontrés pour des discussions autour du projet scientifique.

Barnard College, Columbia University (NYC)

Barnard College, Columbia University (NYC)

Grâce à ces contacts, et aux pistes qui se sont révélées à fur et à mesure de l’avancement des travaux, les objectifs initialement poursuivis par la mission –  examiner les pamphlets et livres pour déterminer si l’édition est conforme ou comment les éditions diffèrent; comparer la méthodologie et les outils de recherche utilisés par les archivistes et les conservateurs pour cataloguer ces collections; et enfin, développer, avec les collègues de Yale, un partenariat pour une bibliothèque virtuelle gratuite des oeuvres dans le Fonds Dubois à Poitiers – se sont étendus et développés.

Arnold Berhard Library, Quinnipiac (Hamden, CT)

Arnold Berhard Library, Quinnipiac (Hamden, CT)

La mission a permis d’identifier plusieurs projets de numérisation et de collaboration déjà opérationnels, et de discuter avec les responsables d’un certain nombre d’entre eux. On retiendra notamment : Mapping Colonial Americas Publishing Project, Bubbles, Panics & Crashes: A Century of Financial Crises, 1830s – 1930s, Harvard Business School, Baker Library; Coin and Conscience: Popular Views of Money, Credit and Speculation, Harvard Business School, Baker Library; European Views of the Americas; 18thConnect.org, Texas A&M University, projet d’accès ouvert, qui fédère les ressources de plusieurs sites dédiés aux études du 18e siècle ; The Rhetoric of Text Analysis. Il a également été possible de comparer les approches méthodologiques et thématiques du projet avec des manifestations scientifiques tenues pendant la mission, cinq expositions, un colloque, une conférence inaugurale, et deux séminaires.

Expositions : Off to College: Higher Education in the Americas, 1551-1825 à la John Carter Brown Library (Providence R.I.), livres rares, cartes et manuscrits, 15 April-30 June 2014;

The Art of American Advertising 1865-1910, Harvard Business School, Baker Library, (Cambridge MA);

Yale Center for British Art

Yale Center for British Art

Fame and Friendship: Pope, Roubiliac, and the Portrait Bust in Eighteenth-Century Britain, February 20, 2014–May 19, 2014, Yale Center for British Art (New Haven CT);

Ireland's Great Hunger Museum, Quinnipiac (Hamden CT)

Ireland’s Great Hunger Museum, Quinnipiac (Hamden CT)

Ireland’s Great Hunger Museum, exposition permanente d’oeuvres d’art et de l’histoire de la Grande Famine 1846.

The European Home Front in Posters from the Frankenhuis Collection, June 9-September 12 2014, Rare Books & Manuscripts Library, Butler Library,Columbia University (New York)

 

Quinnipiac University, Great Hunger Symposium 2014

Quinnipiac University, Great Hunger Symposium 2014

Colloque international : 20th Ulster-American Heritage Symposium: Irish Hunger, Poverty and Migration: A Transatlantic Perspective, June 18-21, 2014, Université de Quinnipiac (Hamden CT) ;

DSC00315Conférence inaugurale : 250e anniversaire de Brown University en 1764The World is Not Enough: Brown circa 1764 (and circa 2014), donnée par Joyce Chaplin, James DuncanPhillips Professor of Early American History, de l’Université de Harvard, le 22 avril 2014, à la John Carter Brown Library (Providence RI), en présence de la Présidente de Brown University, Christine Paxton (lien vers le vidéo de la conférence);

DSC01693Séminaires : Présentation du projet en humanités numériques Mapping Colonial Americas Publishing Projecct, par Jim Egan, Department of English, Brown University, et Jean Bauer, Digital Humanities Librarian, John Carter Brown Library, Brown University (Providence, R.I.), le 21 mai 2014;

Folger Library (Washington DC), Late-Spring Faculty Weekend (reception), grâce à Pascale Drouet (Professeur à l’Université de Poitiers ) qui y animait un atelier.

Les mémoires et les archives personnelles de six collectionneurs contemporains d’Auguste Dubois (1866-1935) – dont deux professeurs d’économie à New York et à Londres -ont été consultées dans les fonds anciens des bibliothèques Beinecke et Lewis Walpole à Yale, Baker à Harvard, Butler à Columbia :  H. Bancroft (1879-1933) Président du Dow Jones, propriétaire du Wall Street Journal, collectionneur (collection léguée à la Harvard Business School) ;  H.S.Foxwell (1849-1936), Professeur à la London School of Economics & Cambridge University (Kress collection et archives à la Baker Library, Harvard et Goldsmiths Collection à London University); H.R.Wagner, (1862-1957), cadre de la American Smelting and Refining Company, bibliophile qui a fait don de ses collections aux bibliothèques de Yale et la Huntington Library, (archives à la Beinecke Library, Yale University) ; E.R.A. Seligman (1861-1939), Professeur à Columbia University (collection et archives à la Butler Library, Columbia) ; W.S. Lewis, (1897 ?-1979), fondateur de la Lewis Walpole Library, (Yale University, Farmington CT) ; John Carter (1905-1975), collectionneur (collection & archives à la John Carter Brown Library, Providence RI).

Au terme de la misssion, les réalisations suivantes ont été concrétisées :

-la quantification et l’identification d’ une quarantaine d’ouvrages en anglais détenus dans le Fonds Dubois identifiés comme uniques ou très rares à traiter en priorité ;

-la vérification et la correction du catalogue des 900 ouvrages rares en anglais détenus par l’Université de Poitiers dans le Fonds Dubois ;la production de deux indexes – par mots-clés et par auteur – du catalogue, permettant une recherche thématique ; la production d’un catalogue spécifique pour les ouvrages concernant l’Irlande et l’Ecosse permettant de faire connaître les richesses du Fonds dans  ce domaine auprès des spécialistes ;

-la rédaction d’articles sur le contexte de la formation de collections de livres anciens au début du 20e siècle, sur les collectioneurs individuels, et sur Auguste Dubois ; la mise en chantier d’un ouvrage collectif autour du Fonds Dubois (publication prévu en 2015) ;

Et au niveau des collaborations et manifestations scientifiques qui constituent la poursuite du projet, ont été mises en place : la visite retour d’une Professeur invitée américaine au Fonds Dubois à Poitiers en décembre 2014 ; la préparation d’une journée d’étude pour 2015  et d’un colloque international pour 2016, et la participation d’étudiants en Master et Doctorat dans des universités américaines.

Nous tenons à remercier la Région Poitou-Charentes, l’Université de Poitiers et l’équipe de recherche MIMMOC (EA 3812) pour le soutien financier qui a permis cette mission fructueuse aux États-Unis et les responsables du Fonds ancien de la Bibliothèque universitaire de Poitiers (Service commun de documentation) pour leur collaboration.

Susan Finding, Professeur de civilisation britannique